AccueilMusique

Clip : "Pynk", le nouveau titre de Janelle Monáe, est une ode au sexe féminin

Publié le

par Naomi Clément

Un morceau en collaboration avec Grimes, qui précise un peu plus l’arrivée de Dirty Computer, le nouvel album de la chanteuse, à paraître le 27 avril prochain.

Le 23 février dernier, Janelle Monáe faisait son grand retour en dévoilant les tout premiers singles de son troisième album, Dirty Computer : "Make Me Feel" et "Django Jane". Deux titres percutants, qui célébraient aussi bien la mémoire de son mentor Prince que l’indépendance des femmes de couleur.

"Laissez donc les vagins avoir un monologue", exigeait-elle sur "Django Jane". Une référence directe aux Monologues du vagin, la célèbre pièce de théâtre d’Eve Ensler, avec laquelle elle étoffait davantage encore son discours féministe.

À présent, la chanteuse, connue pour son engagement au sein du mouvement Time’s Up, dévoile le clip de "Pynk", un nouvel extrait de Dirty Computer, en collaboration avec la chanteuse Grimes, qui s’inscrit dans la lignée des précédents singles.

Réalisé par Emma Westenberg, le clip nous immerge dans un monde baigné de rose, dans lequel Janelle Monáe et ses danseuses (notons par ailleurs la présence de l’actrice Tessa Thompson, qui apparaissait déjà dans la vidéo colorée de "Make Me Feel") interprètent une chorégraphie, vêtues d’un costume représentant un sexe féminin géant – contribuant ainsi à briser le tabou qui entoure ce dernier.

Comme le précise Pitchfork, Janelle Monáe décrypte le clip en ces termes :

"'Pynk' est une audacieuse célébration de la création. De l’amour-propre. De la sexualité. Et du 'pussy power' ! 'Pynk', c’est la couleur qui nous unit tous, puisque c’est la couleur que nous trouvons dans les recoins et les cavités les plus profonds et reculés du corps humain… 'Pynk', c’est là où le futur est né…"

Dans un post Instagram, Grimes, qui avait convié notre artiste sur "Venus Fly" en 2015, détaille :

"Il y a environ un an, Janelle m’a fait écouter une vingtaine de morceaux, en me demandant lequel je préférais. '"Pynk", sans aucun doute', lui avais-je répondu. Ce qui était visiblement une bonne réponse, étant donné qu’elle voulait que ce titre soit rempli d’harmonies et de vibes. Je me sens bénie d’avoir pu côtoyer la grandeur de cette femme."

À lire -> Placé sous l’héritage de Prince, le retour de Janelle Monáe est une ode aux femmes noires

À voir aussi sur konbini :