AccueilMusique

Clip : L'Impératrice offre un trip visuel à son titre "Là-Haut"

Publié le

par Arthur Cios

Le groupe français a marqué 2018 au fer rouge, et ne compte pas s'arrêter là.

Il y a quelques mois, L'Impératrice sortait son premier album, Matahari. Si on a eu depuis des singles et clips, restait que l'un des plus beaux titres du disque, "Là-Haut", n'avait pas eu le même sort. Le morceau qui ouvre l'album, purement instrumental, avait ce quelque chose de très Todd Terje dans son ADN qui n'allait pas pour nous déplaire.

Il s'arme aujourd'hui d'un clip du même acabit. Réalisé par Aymeric Bergada du Cadet et Damien Moulierac, il s'agit d'une véritable expérience visuelle surréaliste, ode au voyage. On en a profité pour poser quelques questions au duo sur cette curiosité visuelle.

Konbini | Quel était le postulat de base pour ce clip ?

Aymeric Bergada du Cadet et Damien Moulierac | Il n'y en avait pas. On a eu la chance de pouvoir choisir le morceau, ce qui est plutôt rare, et puis nous avons proposé ensuite au groupe notre idée. Ça s'est passé très facilement et on a eu la chance d'être en osmose avec toute l'équipe.

Nous avons aussi été beaucoup inspiré par Raya Martigny, et souhaitions créer un univers autour d'elle.

Comment doit-on comprendre le sens de ce voyage ?

C'est un voyage interne. C'était une sorte de métaphore sur la recherche perpétuelle d'un nouveau but à atteindre et la possibilité de l'imaginaire de nous sortir de tout.

Est-ce que le fait qu'il s'agisse d'une chanson instrumentale a eu un impact ?

Oui, le fait de n'avoir comme seuls mots d'indication que ceux du titre du morceau donne une certaine liberté d'interprétation et de travail aussi.

Il y a beaucoup de maquillage, d'effets "pratiques", qu'est-ce qui a pris le plus de temps à faire ?

Sans doute les réplicats de Raya en pâte à modeler que Damien a moulés, sculptés et que Dyna Dagger a soigneusement maquillés.

Et qu'est-ce-qui a été le plus dur à concocter ?

Sûrement le stop motion. Mais en même temps, chaque étape était une préparation particulière puisque nous souhaitions avoir des images irréelles, autant pour le tournage en studio avec les déplacements de chorégraphie et les décors que pour les extérieurs avec les filtres peints à la main que les stop motions avec les sculptures et les décors mouvants... Tout était une "concoction".

À voir aussi sur konbini :