©Cash Money Records

Il y a cinq ans, Drake dominait le game avec If You're Reading this It's Too Late

Retour à l'époque où le rappeur canadien s'émancipait du mainstream et des tubes à répétition le temps d'une très grosse mixtape.

Nous sommes en 2015, probablement l’année la plus importante au cours de la décennie écoulée pour le rap mondial. À l’époque, Drake est déjà une superstar grâce aux cartons de Nothing Was the Same en 2013 et de Take Care deux ans plus tôt. Malgré cela, le rappeur canadien continue de sortir des titres à droite à gauche pour le plus grand plaisir des fans, mais un nouveau projet se fait attendre. L’impatience en devient presque palpable.

Seulement voilà, Drake est signé chez Cash Money Records et les relations sont plutôt tendues entre les artistes et le boss, le sulfureux Birdman. À commencer par Lil Wayne, autre artiste phare du label, qui affirme à la fin de l’année 2014 être bloqué pour sortir son tant attendu Tha Carter V – qui arrivera finalement fin 2018.

Publicité

Drake emboîte le pas du rappeur originaire de la Nouvelle-Orléans. Seulement, il lui reste au moins un album à commercialiser pour arriver au bout de son contrat. C’est ainsi, dans ce contexte tumultueux, que naît la mixtape If You’re Reading this It’s Too Late, sur laquelle Drake va pouvoir laisser libre cours à ses envies et ses inspirations, loin des obligations commerciales qui ont pu dicter ses précédents projets en raison d’énormes attentes.

Dans la surprise la plus totale, ce projet débarque le 13 février 2015 – soit six ans, jour pour jour, après So Far Gone, la mixtape qui l’a révélée – sans aucune annonce ni teasing, en compagnie d’un court-métrage (depuis supprimé de YouTube). De plus, il est uniquement disponible sur iTunes au moment de sa sortie. Mais qu’importe, immédiatement, la mixtape se hisse en haut des charts et devient même le premier "album" certifié disque de platine de l’année. Un ovni dans la discographie du fondateur d’OVO. C’est peut-être l’un des projets de Drake qui a eu le moins d’écho dans l'Hexagone et pourtant, il se révélera très influent au fil des années, tant aux States qu’en France. Une prouesse, d’autant plus qu’il s’agit bel et bien d’une mixtape.

Publicité

Si le rappeur s’était précédemment affirmé comme l’un des boss du game, il investit seul le tant convoité trône du rap game avec If You’re Reading this It’s Too Late. Drake anticipe les inconvénients d’être une légende vivante dans des discours presque prémonitoires. Le succès permet de résoudre des problèmes, certes, mais il en engendre tout autant. Avec des fragments de R’n’B, des refrains simples mais efficaces – qui ont fait sauter au plafond certains puristes au moment de sa sortie –, le rappeur évoque les conquêtes perdues, la concurrence, les tourments, les trahisons et les potes. Sa ville de toujours, Toronto, en toile de fond. Celui que l’on surnomme Champagne Papi se retrouve face à son destin.

Watch the Throne

Drizzy est un artiste hyper-prolifique ; il y a toujours à boire et à manger dans ses projets. Mais, ici, débarrassé de ses velléités commerciales, le Canadien livre un disque épuré et démontre l’étendue de sa palette artistique, la perfectionne. Pour faire simple, il se fait plaisir. Le rap dépasse alors sa propre condition, faite de technique et de musicalité, et accède à une dimension supérieure. Et ce, dès "Energy" (quel morceau !) qui sera doté quelques mois plus tard d’un clip très inspiré, ou grâce à des titres comme "Know Yourself" ou "No Tellin'".

Il y cultive une obsession récurrente pour le 6, comme en attestent les morceaux "6 God", "Star67", "6 Man", "You & the 6" ou encore "6PM in New York". Certains suspectent même If You’re Reading this It’s Too Late d’être l’album Views from the 6 que devait sortir Drake à cette époque – il sera finalement Views tout court, un an plus tard. Drake invite Travis Scott sur "Company", alors que ce dernier n’est pas encore la superstar à la recherche de Grammy Awards qu’il est aujourd’hui devenu, mais un simple rookie prometteur qui a déjà bien trouvé son style. Sur le surpuissant "Used To", il convie Lil Wayne pour ce qui s’apparente fortement à une rébellion contre le label – il ne manque plus que Nicki Minaj et on y est vraiment.

Publicité

Sur le milieu du projet, chose rare, Drake se met presque en retrait pour laisser briller les singularités de l’expérimentateur PartyNextDoor, déjà signé sur le label OVO Sound de Drake, sur deux titres consécutifs, "Preach" et "Wednesday Night Interlude". Le premier de ces deux titres se révèle d’ailleurs le seul vrai tube potentiel de If You’re Reading this It’s Too Late. La fin du projet tire davantage sur les cordes sensibles, avec notamment un monologue à sa mère mémorable sur "You & the 6".

Une œuvre crépusculaire

Parmi une multitude de producteurs presque indénombrables, on retrouve notamment quelques récurrents : son acolyte Boi-1da, la canadienne WondaGurl, Noah "40" Shebib et le fameux PartyNextDoor, donc. Si on se balade dans les crédits, on note – pour l’anecdote – la présence étonnante de célébrités telles que Timbaland ("Legend" et "Madonna"), Ciara et Alicia Keys ("Preach"), le duo canadien Majid Jordan ("You & the 6") et encore et toujours, Boi-1da. Des collaborations multiples qui, à l’inverse de nombreux projets, viennent renforcer le disque. Drake s’érige alors comme une sorte de maestro, à la tête de son propre – et prestigieux – orchestre et offre à la fin de cette mixtape – à laquelle viendront se greffer plus tard deux morceaux bonus "How Bout Now" et "My Side" – une outro à la hauteur de la grandiosité atteinte sur l’ensemble du projet (notamment grâce à "Jungle").

Quelques mois plus tard, Drizzy signera une autre mixtape frénétique et débridée en commun avec Future, intitulée What a Time to Be Alive (un peu leur Watch the Throne à eux), alors que les deux compères avaient déjà signé l’explosif morceau "Where Ya At" sur le tout aussi remarquable Dirty Sprite 2 du rappeur d’Atlanta. Les deux hommes collaborent régulièrement ensemble depuis plusieurs années déjà, mais leur association atteint une véritable maturité et cela se ressent à l’écoute. L’année 2015 a définitivement été celle des deux hommes, puisqu’ils ont chacun été numéro 1 avec leur album solo, et ont atteint une nouvelle fois le sommet avec leur mixtape commune. Du jamais vu.

Publicité

Après cette mixtape, Drake poursuit son ascension. Celle-ci débouchera sur Views, album commercial au possible, grâce auquel Drake trustera les charts avec les énormes tubes que sont "One Dance" avec Wizkid et Kyla et "Hotline Bling", puis les mastodontes – on pourrait presque parler de blockbuster – More Life et Scorpion. Un moyen de faire de If You’re Reading this It’s Too Late une œuvre crépusculaire, qui a refermé derrière elle un chapitre entier de la carrière de Drake, sûrement le plus beau. Si vous lisez ceci, il est presque trop tard.

Par Guillaume Narduzzi, publié le 13/02/2020