AccueilMusique

Mais pourquoi chante-t-on "en yaourt" lorsqu’on ne connaît pas les paroles d’un morceau ?

Publié le

par Hong-Kyung Kang

©frederic.pham

L’expression prend ses racines dans une histoire qui remonte à la guerre de Cent Ans, et qui implique des yéyés.

Certaines expressions de la langue française sont utilisées par tout le monde, sans que personne ne connaisse leur origine. Par exemple, lorsqu’on ne se rappelle pas des paroles d’un morceau, nous sommes nombreux à les fredonner "en yaourt", alors qu’il n’y a, a priori, aucun rapport entre ces desserts laitiers et les textes de chanson. Pour comprendre cette expression, il faut en fait remonter… jusqu’au Moyen Âge.

Un expression franglish héritée du Moyen Âge

Comme l’explique Jack, cette utilisation du mot "yaourt", pour signifier un gloubi-boulga de mots dont la fonction est plus phonétique qu’expressive, apparaît au XIVe siècle. La guerre de Cent Ans fait alors rage, et une partie de la population française est contrainte, par les Britanniques, de parler anglais.

Ainsi, certains Français ne comprenaient pas un traître mot de ce que racontaient certains de leurs compatriotes lorsque ces derniers essayaient de parler la langue d’outre-Manche. Au Moyen Âge, la population est en grande partie analphabète, et il était donc d'autant plus difficile d’appréhender un langage étranger.

Comme les Anglais consommaient à l’époque beaucoup de yaourts, les gens de l’Hexagone ont assimilé l’anglais à ces produits laitiers. Ainsi, lorsque quelqu’un s’exprimait avec des mots incompréhensibles, on disait qu’il "marmonnait en yaourt".

L’expression a ensuite traversé les époques, pour se populariser dans les années 1960. Pendant ces années, les yéyés reprenaient des chansons anglophones, en retranscrivant les paroles par une série d’onomatopées rappelant la langue de Shakespeare qu’ils étaient incapables de parler. On parlait de chant "en yop", du nom du dessert du même nom.

Depuis, quand une personne chante une suite de syllabes dénuée de signification, ou lorsqu’un artiste compose en fredonnant des mots qui n’ont pas vraiment de sens, on dit que c’est du "yaourt". Sans guerre de Cent Ans, et sans les chanteurs qui ne savent pas parler anglais, cette expression incongrue n’existerait donc pas.

À voir aussi sur konbini :