AccueilMusique

Rod Paradot dans un monde sans musique : Changerz fait fort avec son premier clip, "Silence"

Publié le

par Jérémie Léger

Changerz, le duo formé par les rappeurs Elyo & Assaf du Panama Bende, a fait appel à Rod Paradot, l’espoir masculin des César 2016, pour porter le brillant clip de leur premier single "Silence".

Elyo & Assaf, membres bien connus du collectif de sept rappeurs parisiens Panama Bende, ont décidé de se séparer de leur formation initiale pour former le tandem Changerz. À l’aube de la sortie de leur premier album, les deux rappeurs en dévoilent aujourd’hui le premier extrait, "Silence", un titre résolument urbain sublimé par un clip d’anticipation époustouflant.

Dès le début, l’ambiance est posée : "Dans un monde qui pourrait être le nôtre, la loi n° 29-347 du 31 décembre 1984 dite loi 'Silence' établit l’interdiction stricte à toute personne physique d’écouter ou de jouer tout type de musique." Difficile alors de ne pas voir dans cette fameuse loi "Silence" une référence au célèbre ouvrage de George Orwell, 1984. C’est ainsi que le clip réalisé par ALIX illustre un monde totalitaire, monotone et morne où pratiquer et ne serait-ce qu’écouter de la musique est un délit.

Pour beaucoup de personnes, il est impossible de vivre aujourd’hui sans musique. On voit se succéder à l’image plusieurs protagonistes qui tentent de braver l’interdiction gouvernementale. Mais rien n’y fait. Qu’il s’agisse de dépoussiérer ses vieux vinyles pour s’offrir un slow en amoureux, jouer de l’harmonica, ou chanter et danser dans les rues, il ne faut mieux pas essayer, au risque de voir le GIGN débarquer chez soi.

Et pour donner encore plus d’intensité à cette création poignante, on retrouve dans le rôle principal l’acteur Rod Paradot (César de l’espoir masculin 2015 pour son rôle dans La Tête haute, film d’Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve). Il y joue le rôle d’un amoureux de musique qui, pour sa passion, n’hésite pas à tenir tête aux forces de l’ordre au péril de sa vie. Une mise en scène parfaite pour habiller les couplets passionnés et autotunés des deux rappeurs venus chanter leur amour de la mélodie.

Pour une première, c’est ce qui s’appelle frapper fort. Soyez prêt, leur premier album à paraître cette année pourrait bien bouleverser les codes du rap français.

À voir aussi sur konbini :