AccueilMusique

Le mythique club CBGB rouvre ses portes... et devient un restaurant

Publié le

par Juliette Geenens

Un fast food au nom du mythique club new-yorkais va ouvrir dans un aéroport dans le New Jersey, d'ici l'an prochain.

Le vrai CBGB à East Village à New York. Crédit Image <a href="http://www.jamesandkarlamurray.com/JamesandKarlaMurrayCBGBP.html" target="_blank">James et Karla Murray</a>

Bientôt, le nom du CBGB n'aura plus rien de rock'n'roll. Le lieu iconique des années 70 va devenir un restaurant dans l'aéroport Newak à New Jersey, près de New York, en 2016. Une bien triste nouvelle qui nous rappelle que l'âge d'or du rock est un temps lointain et révolu.

Ce ne sont pas les locaux authentiques situés dans l'East Village qui vont abriter le nouveau restaurant, seul le patronyme sera utilisé.

Ainsi, les clients pourront attendre leur vol en avalant un cheeseburger à 14 dollars, dans un cadre qui rappelle l'univers de l'originel CBGB. Il y a de quoi crier au blasphème.

Plus qu'un simple club

Le club a fermé en 2006, après l'ultime concert d'adieu de Patti Smith, qui doit beaucoup à cet endroit.

Le CBGB s'érige, aujourd'hui encore, comme le symbole d'un mouvement underground dans les années 70, impulsé par des groupes désormais au Panthéon du rock : The Ramones, The Fleshtones, Blondie, The New York Dolls ou encore ces fous furieux d'anglais des Sex Pistols.

A partir de 1980, le club perd un peu de son aura authentique et marginale pour devenir un nid à touristes dans l'East Village à New York.

L'endroit continue de participer à l'émergence de nouveaux courantx comme la new wave ou le punk hardcore, mais ne retrouvera jamais l'esprit résolument alternatif de ses premières années.

Le coup de grâce a lieu en 2005, pour une basique question de loyer trop cher que le locataire refuse de payer. Aujourd'hui, l'ex-CBGB est une boutique de vêtements pour hommes de John Varvatos, un fameux designer de mode américain qui entretient à sa manière l'esprit rock de l'endroit, en collaborant avec Iggy Pop et Alice Cooper...

Pas sûr que vendre des fringues de luxe soit très rock'n'roll, alors des burgers dans un aéroport ?

À voir aussi sur konbini :