AccueilMusique

"Ça s’arrête là" : Ariana Grande s’exprime sur la stigmatisation de la santé mentale

Publié le

par Joséphine de Rubercy

Facebook / Ariana Grande

La chanteuse a pris la parole à l’occasion du mois de sensibilisation à la santé mentale qui a débuté le 1er mai.

"La stigmatisation doit s’arrêter là". À l’occasion du mois de sensibilisation à la santé mentale (en ce mois de mai), l’artiste Ariana Grande a pris la parole sur son compte Instagram le lundi 3 mai pour dénoncer le tabou et sensibiliser son public. Un post que la star a légendé de cette façon : "Il est temps de mettre fin à la stigmatisation autour de la santé mentale et de normaliser la demande d’aide". Elle ajoute :

"La guérison n’est pas linéaire, amusante, rapide ou facile, mais nous sommes là et nous devons nous engager à rendre cette période aussi saine, paisible et belle que possible. Le travail est très dur mais nous en sommes capables et nous en valons la peine. Je vous envoie plein d’amour et de force."

Ariana Grande et ses propres troubles de santé mentale

Dans une diapositive d’images, l’autrice, compositrice, interprète, actrice et productrice américaine souligne l’importance de parler des maladies mentales et de se soigner. Elle donne des références utiles comme des forums et des projets de soutien, ainsi que des contacts d’associations, de psychologues, des lignes d’écoute, etc. Grande explique également qu’elle partagera au moins un message chaque semaine du mois de mai pour aider à stopper la stigmatisation de la santé mentale.

L’artiste de 27 ans souffre elle-même de problèmes de santé mentale, notamment de stress post-traumatique depuis l’attaque qui a eu lieu lors d’un de ses concerts au Manchester Arena en 2017. Un kamikaze avait fait exploser une bombe artisanale alors que les gens quittaient le spectacle, tuant 22 personnes et en blessant 59. "Il est difficile d’en parler parce que tant de personnes ont subi des pertes tellement graves et énormes. Mais oui, c’est une chose réelle", avait-elle déclaré à British Vogue.

Les stars parlent ouvertement de leurs problèmes de santé mentale

Ariana n’est pas la seule célébrité à prendre la parole sur ce sujet. Ces dernières années, divers artistes se sont exprimés dans l’espoir de déstigmatiser les problèmes de santé mentale en parlant ouvertement de leurs propres troubles. La chanteuse Adèle évoque sa dépression post-partum dans un article de Vanity Fair en 2016. Kid Cudi parle de sa lutte contre la dépression en 2016. Billie Eilish raconte, juste avant les Grammy Awards 2020, que sa nouvelle renommée l’a conduite à la dépression et à des envies de suicide.

Demi Lovato révèle dans une interview de 2011 qu’elle a été diagnostiquée bipolaire à l’âge de 18 ans. Justin Bieber avoue sur Insagram lutter contre la dépression. Interrogé sur les paroles de sa chanson "U" de To Pimp a Butterfly en 2015, Kendrick Lamar se confie sur son combat contre la dépression et les pensées suicidaires. Miley Cyrus, Big Sean, Ed Sheeran, Shawn Mendes, Zendaya, Lady Gaga, Lizzo, Zayn Malik, Selena Gomez… Bref, la liste est encore (très) longue. Et en ce mois de sensibilisation à la santé mentale, beaucoup d’artistes se mobilisent pour cette cause.

C’est quoi la santé mentale ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la santé mentale englobe la promotion du bien-être psychique, émotionnel et cognitif, la prévention des troubles mentaux, le traitement et la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles. La santé mentale figure dans la définition de la santé, établie par l’OMS comme étant "un état de complet bien-être physique, mental et social, et [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité."

Parmi ces troubles figurent la dépression, l’anxiété et le stress, la bipolarité, la schizophrénie, la démence, la déficience intellectuelle et les troubles du développement, les TOC, les burn-out, les pensées suicidaires, les troubles alimentaires... Ils sont tous de plus en plus prégnants dans la société. D’après l’Observatoire de la santé, 18 % de la population a déjà traversé un épisode de dépression pouvant conduire à des tentatives de suicide (200 000 chaque année) ou au suicide (10 500 chaque année). Si les problèmes de santé mentale sont encore tabous, les prises de parole pour réduire la stigmatisation autour du sujet sont de plus en plus fréquentes, comme on peut le voir depuis le début de ce mois de mai.

Le mois de sensibilisation à la santé mentale a chaque année lieu au mois de mai. Cet "anniversaire" a été créé en 1949 aux États-Unis et se perpétue depuis dans le monde entier à travers différents mouvements et événements. Un mois de sensibilisation d’autant plus important cette année au vu de la crise du Covid. Cette période sanitaire inédite s’est avérée être une source de stress, d’anxiété et de dépression pour de nombreuses personnes. Pour celles déjà concernées par des problèmes de santé mentale, la pandémie n’a fait que les renforcer. J’espère que vous l’aurez compris : il faut prendre soin de sa santé mentale (et en parler !).

À voir aussi sur konbini :