AccueilMusique

Pour la première fois, Beyoncé répond aux détracteurs de "Formation"

Publié le

par Naomi Clément

Dans un entretien avec le Elle américain, la chanteuse s'adresse à ceux qui ont vu en elle la figure d'un mouvement antipolice.

Beyoncé, trônant sur une voiture de police dans le clip de "Formation". (© Capture d'écran YouTube)

La sortie surprise de "Formation" en février dernier a produit l'effet d'une bombe outre-Atlantique. Ce titre, véritable ode à la culture afro-américaine de Beyoncé, était accompagné d'un clip truffé de scènes dénonçant sans équivoque les violences policières qui ont récemment meurtri la communauté noire aux États-Unis.

On y découvrait, pêle-mêle, un jeune garçon noir encapuchonné dansant devant une armada de policiers, une photo de Martin Luther King en une d’un journal, un graffiti formant les mots "Stop shooting us" ("Arrêtez de nous tirer dessus") et surtout, surtout, une voiture de police submergée sur laquelle Queen B, toute-puissante, se dressait fièrement. Des images fortes, suivies quarante-huit heures plus tard par un impressionnant show exécuté pendant la mi-temps du Superbowl qui rendait directement hommage aux Black Panthers.

Si la plupart des Américains a applaudi ces performances, voyant en la chanteuse l'incarnation du mouvement Black Lives Matter, d'autres l'ont en revanche vivement accusée d'être antipolice. Les agents de police de Miami ont carrément appelé au boycott, et certains individus ont organisé une manifestation anti-Beyoncé à New York – qui a réuni trois personnes.

"J'ai tellement d'admiration et de respect pour les policiers et leur famille"

Deux mois après ces évènements, Beyoncé revient pour la première fois sur cette polémique. Dans un entretien accordé au magazine américain Elle, qui a dédié son nouveau numéro à la chanteuse, elle s'adresse à ses détracteurs qui selon elle auraient mal interprété son message. "[...] Tous ceux qui perçoivent mon message comme un message antipolice se trompent complètement. J'ai tellement d'admiration et de respect pour les policiers et leur famille qui se sacrifient pour nous protéger", affirme-t-elle avant de conclure :

"Mais soyons clairs : je suis contre les brutalités policières et l'injustice. Ce sont deux choses complètement différentes. Si célébrer mes racines et ma culture pendant le Black History Month met quelqu'un mal à l'aise, c'est que ce genre de sentiments étaient présents chez ces personnes bien avant ma vidéo, bien avant moi. Je suis fière de ce que j'ai créé et je suis fière de prendre part à une discussion qui fait avancer les choses de façon positive."

À lire -> Pourquoi une nouvelle génération d’artistes américains embrasse la cause noire

À voir aussi sur konbini :