(© Pool DUFOUR/TRAVERS/Gamma-Rapho)

Le Batofar prend le large définitivement

Le club mythique qui allait souffler sa 20e bougie dans quelques mois ferme ses portes.

(© Pool DUFOUR/TRAVERS/Gamma-Rapho)

La nuit parisienne est en pleine métamorphose depuis plusieurs mois. De plus en plus de lieux alternatifs en proche banlieue ouvrent, tandis que des "piliers" de la scène française ferment les uns après les autres — ce qui n’est pas toujours, nécessairement, une mauvaise chose. On pense bien évidemment au Social Club, au Showcase, au Queen. Et maintenant au Batofar.

Publicité

La péniche culte du quai François Mauriac, qui avait ouvert en 1999, a pris le large pour de bon. En janvier 2018, le navire était racheté suite à un dépôt de bilan. Le phare de ce bateau-feu a été démonté ce week-end, pour être rénové avant de rouvrir en tant que club de salsa, répondant au nom de Faro Faro, comme l’explique Damien Beauthamy, ancien programmateur et manager du Batofar, cité par nos confrères de Tsugi.

Publicité

Ouverture à l’été 2019 pour le Faro Faro, dans ce bateau qui devrait rester rouge et garder son phare. On peut dire adieu à son pluralisme et la mixité de ses évènements, qui allaient de la drum’n’bass au metal en passant par la techno et la house. Un lieu culte en moins sur la carte des clubs parisiens est toujours une mauvaise nouvelle.

Par Arthur Cios, publié le 08/10/2018

Pour vous :