AccueilMusique

Vidéo : quand Barack Obama lance Lin-Manuel Miranda en freestyle de rap

Publié le

par Juliette Geenens

 Invité dans les jardins de la Maison-Blanche, le rappeur Lin-Manuel Miranda s'est livré à une impro en forme de petit jeu aux côtés du président des États-Unis. 

Wait for it... #Bam4Ham

Posté par The White House sur lundi 14 mars 2016

l
e compte officiel de la gouvernance américaine

Invité au Rose Garden, la roseraie de la Maison-Blanche, le compositeur et rappeur américain Lin-Manuel Miranda s'est lancé dans un freestyle avec l'aide du président Obama qui lui imposait des mots à placer dans son flow imprimés sur des petites pancartes : "constitution", "potus", "Obamacare"... Le comble du cool : entendre le président de la première puissance mondiale lâcher un "drop the beat" au batteur derrière lui.

"C'est cool hein ? Vous pensez que ça va devenir viral ? Ça va devenir viral !", s'exclame Barack Obama à la fin de la vidéo, tout en échangeant un check avec Lin-Manuel Miranda qui semble à peine réaliser qu'il se trouve bel et bien à la Maison-Blanche.

Barack Obama et Internet : une histoire qui dure

La vidéo a été publiée il y a une dizaine d'heures et compte déjà plus de 5 millions de likes sur Facebook. Ce n'est pas la première fois qu'une vidéo du président américain devient virale sur Internet : il fait l'objet de nombreux mèmes dont deux très célèbres, le "Not Bad Face" et sa fausse sortie super badass. 

On se souvient aussi de son tout premier tweet, qui avait été partagé plus de 280 000 fois.

Le président Obama s'était également prêté au jeu de l'interview gênante avec l'hilarant Zach Galifianakis en 2014 pour le site Funny Or Die. De nombreuses fois invité sur les plateaux d'émissions emblématiques de la télévision américaine (Jimmy Kimmel, Ellen DeGeneres), Barack Obama s'est toujours montré léger, plein d'humour, tout en restant sérieux et crédible. Une comportement très américain : on imagine (très) mal nos hommes politiques s'appuyer sur ce modèle de communication politique.

À voir aussi sur konbini :