AccueilMusique

Aya Nakamura brise le silence autour des violences conjugales qu'elle a subies

Publié le

par Joséphine de Rubercy

©Youtube

Il y a un an et demi, la chanteuse postait une photo de son visage tuméfié dans sa story Instagram, avant de la retirer.

"Je me dis, si ça arrivait à une de mes proches je serais révoltée, donc pourquoi pas pour moi-même ?" Invitée de Léa Salamé dans l’épisode de Femmes puissantes sorti le 18 décembre dernier sur France Inter, Aya Nakamura est revenue sur les violences conjugales dont elle a été victime. En mars 2019, la jeune femme avait posté dans sa story Instagram une photo d’elle, le visage tuméfié avec en légende : "Merci qui ? !" L’image avait affolé la Toile et l’information avait été vite reprise par de nombreux médias. Tellement, que la chanteuse avait fini par la supprimer.

©Instagram/Aya Nakamura

"Je l’ai publiée sans forcément attendre quoi que ce soit… Mais quand j’ai vu tout ce qu’il se passait, les médias qui avaient tout repris, etc., je me suis dit 'wouah ah non je veux plus en fait', j’avais quand même un peu honte", raconte-t-elle aujourd’hui. Elle ajoute :

"Je ne pensais pas que ça pourrait m’arriver à moi. J’ai publié parce que j’avais envie, pour dire 'regardez, moi aussi ça m’est arrivé en fait'."

"C’était votre compagnon de l’époque qui vous avait tabassée ?", demande Léa Salamé. "Oui" a répondu Aya Nakamura. L’interprète de "Djadja" n’a cependant jamais confirmé les nombreuses rumeurs à propos de sa vie sentimentale à cette époque-là.

La chanteuse regrette aujourd’hui de ne pas avoir partagé son histoire.

"J’aurais pu faire comme tout le monde et raconter ce qu’il s’était clairement passé… Je pense que j’ai été un peu lâche sur ce coup-là…"

Il y a un an et demi, Aya Nakamura avait quitté son compagnon, mais n’avait pas donné de suites judiciaires à cette affaire. Une erreur selon elle. "En fait, je me dis, si ça arrivait à une de mes proches je serais révoltée donc pourquoi pas pour moi-même ?", avant d’ajouter :

"Aujourd’hui, je porterais plainte et, en plus de ça, j’essaierais de faire passer un message en racontant tout ce qu’il s’est passé."

Une prise de parole importante et courageuse pour cette artiste de premier plan, dans un contexte où les violences conjugales sont en hausse en 2020.

À voir aussi sur konbini :