AccueilMusique

Aux États-Unis, l'anglais perd du terrain dans les charts

Publié le

par Henri Margueritte

L’album le plus populaire actuellement aux États-Unis est presque exclusivement chanté en coréen.

Vous ne connaissez peut-être pas le groupe coréen BTS, mais il est actuellement numéro 1 du top Billboard 200 aux États-Unis avec son album Love Yourself : Tear. Les Nord-Américains dominent généralement ce genre de classement, mais ils se font, depuis peu, gratter la place par le reggaeton et la K-pop.

Avec des paroles en espagnol et en coréen, ces deux genres musicaux n’ont pas eu de mal à trouver leur public, poussant même certains fans à apprendre la langue des chansons qu’ils écoutent en boucle. Si certains artistes comme les Coréens de BTS en sont arrivés là, c’est aussi, sans doute, grâce à des éclaireurs déjà passés par là.

Comme le souligne The Guardian, entre 1996 et 2012, "La Macarena" et "Gangnam Style" sont les deux seuls morceaux chantés dans une autre langue que l’anglais à avoir atteint le top 10 des 100 singles les plus vendus aux États-Unis. Mais ça, c’était avant. En 2017, le titre reggaeton "Despacito" reste 16 semaines numéro 1 de ce classement et égale un record vieux de 20 ans, détenu par "One Sweet Day" de Mariah Carey et Boyz II Men.

Suite au succès mondial de "Despacito", Luis Fonsi déclarait à la BBC qu’il recevait des vidéos du monde entier où "les gens essayaient d’apprendre un peu d’espagnol à travers le morceau". Le même phénomène a été observé avec le succès de la K-pop. Selon The Guardian, entre 2013 et 2016 aux États-Unis, "les inscriptions universitaires en cours de coréen ont augmenté de 65 %."

"Au fil du temps, nous sommes devenus témoins de la popularité croissante de la K-pop auprès des étudiants", expliquait au Guardian Priscilla Kim, directrice du centre culturel coréen de New York. Et si la langue anglaise reste grande gagnante des classements américains, l’arrivée des BTS à la première place du top album est le signe que la pop music est en pleine mutation, et ce à l’échelle mondiale.

À voir aussi sur konbini :