©Courtney Barnett

#MeNoMore : des centaines d’artistes australiennes dénoncent le sexisme dans la musique

Après les révélations qui ont récemment secoué le monde du cinéma, c’est au tour de l’industrie musicale de briser la loi du silence.

(© Facebook Courtney Barnett)

Dans le sillage de la campagne #Metoo lancée par la militante féministe américaine Tarana Burke, plus d’une centaine d’artistes australiennes, parmi lesquelles Courtney Barnett ou encore The Veronicas, ont décidé de libérer la parole des femmes évoluant dans l’industrie musicale.

Publicité

Par une lettre ouverte nommée #MeNoMore et publiée sur le site theindustryobserver.com, des femmes occupant différents postes, de manager à avocate, partagent leurs histoires dans une série de témoignages pour le moins bouleversants.

Les récits vont, selon les auteurs, "du tragique, à l’horrifique en passant par ce qui est devenu le quotidien." Ils décrivent des scènes d’agression, de discrimination à l’embauche ou encore de harcèlement moral. Pour n’en citer qu’un seul :

"Un manager assez connu qui a une femme et des enfants insistait constamment pour qu’on ait des rapports sexuels. Quand j’ai résisté, il a arrêté de travailler avec moi mais aussi de me parler."

Publicité

Avec #MeNoMore, ces femmes appellent à un changement général dans l’industrie musicale qu’elles souhaitent désormais intransigeante en matière de harcèlement sexuel. Elles demandent aussi une plus grande solidarité de la part de leurs collègues masculins pour un environnement de travail plus sûr.

Cette initiative fait aussi suite à celle démarrée, en novembre dernier, par la Swedish Music Industry qui avait déjà fait paraître une lettre ouverte du même calibre signée par plus de 2 000 femmes issues de l’industrie musicale suédoise.

Par Sophie Laroche, publié le 13/12/2017

Copié

Pour vous :