AccueilMusique

Streaming : aux États-Unis, les auteurs-compositeurs vont toucher presque 50 % de plus

Publié le

par Jérémie Léger

Dans une industrie musicale en perpétuelle mutation, ces artistes s’apprêtent enfin à palper un peu plus.

(© G-Unit Records)

Qu’ils soient signés sur une major ou qu’ils enregistrent leur musique dans leur garage, les auteurs-compositeurs américains publiant leur musique sur n’importe quelle plateforme de streaming vont être ravis d’apprendre cette nouvelle.

Dans un rapport relayé par le magazine Variety, le Copyright Royalty Board (CRB) a annoncé que les auteurs-compositeurs (et non les interprètes), recevront une augmentation de salaire de la part des services de streaming pour les cinq prochaines années. Toujours d’après ce rapport, leurs revenus passeront de 10,5 % du chiffre d’affaires généré à 15,1 %, soit une augmentation significative de 43,8 %, la plus forte à ce jour de toute l’histoire du CRB.

Cette hausse est le résultat d’un accord trouvé entre l’Association américaine des éditeurs de musique (NMPA) et les services de streaming bien connus que sont Apple Music, Google Play, Spotify, Amazon ou encore Pandora. Autre mesure allant dans le sens des créateurs de contenus musicaux : les plateformes de streaming devront payer des pénalités en cas de retard de paiement. Une aubaine pour les "petits artistes" qui jouissent de peu de revenus financiers (surtout en comparaison avec leur travail effectué).

À ce sujet, le PDG de la NMPA, David Israelite, explique dans un communiqué :

"Cette décision permet également aux auteurs-compositeurs de tirer des bénéfices issus des accords conclus par les maisons de disques sur le marché libre. Le rapport entre ce que les labels touchent de la part des services [de streaming] et les revenus des artistes s’est considérablement amélioré, ce qui s’est traduit par l’équilibre le plus favorable de l’histoire de l’industrie."

Une avancée en demi-teinte

Le pas est grand, mais il est tout de même à nuancer, car la réalité économique reste plus clémente pour les labels que pour les artistes. En effet, à chaque fois qu’un auteur touche un dollar, sa maison de disques reçoit 3,82 dollars. Un écart que David Israelite ne nie pas, mais qui n’atténue pas son enthousiaste quant à ce que représente cette avancée pour l’avenir de l’industrie musicale :

"De toute l’histoire des États-Unis, c’est le meilleur taux possible pour les auteurs-compositeurs, ce qui est d’une importance cruciale car le streaming continue à dominer le marché."

Voilà. Vous qui soutenez vos artistes américains favoris, qu’ils soient indépendants ou non, en achetant leurs disques ou en allant les voir en concert, dites-vous désormais qu’ils toucheront un peu plus à chacune de vos écoutes en ligne.

À voir aussi sur konbini :