AccueilMusique

Anohni frappe fort avec Hopelessness, album engagé et provocant

Publié le

par Justina Bakutyte

Anohni vient de sortir son cinquième opus. Provocant, cet album de protestation est une piqûre de rappel très imagée qui veut attirer l’attention sur des problèmes très actuels comme le changement climatique. 

Quand Thom Yorke de Radiohead disait, l’année dernière, qu’écrire une chanson de protestation était bien plus difficile de nos jours que dans les années 1960, il n'avait de toute évidence pas pensé à Antony Hagerty, aka Anohni.

Anohni, autrefois connue sous le nom d’Antony Hegarty et chanteuse du groupe Antony and The Johnsons, avait annoncé la sortie de son cinquième album Hopelessness en février 2015. Coproduit par Hudson Mohawke et Oneohtrix Point Never, cet album était prévu pour mai 2016.

On est en mai 2016 et l’album est enfin là !

Encensé par plusieurs médias, considéré comme un album "écrasant et splendide" (Pitchfork), "d’une beauté amère" (The Independent), "révélateur de notre époque" (Uncut) et comme "l’album de protestation le plus fort des dernières décennies" (The Guardian), Hopelessness rassemble 11 morceaux provocants qui donnent des frissons.

Avant de sortir l’album, Anohni le décrivait comme "un disque d’électro aux dents aiguisées".  Très cohérent, il porte un message sombre : l’humanité est en perdition et il est temps de faire quelque chose.

Hopelessness, avec des chansons aux titres révélateurs comme "Drone Bomb Me", "Crisis", "Obama" et "4 Degrees", exprime le point de vue personnel de l’artiste sur des questions politiques et environnementales. La chanteuse transgenre critique avec férocité l’obsession des Américains pour la peine de mort et la violence, et dénonce l’échec de la sensibilisation au changement climatique.

Les magnifiques paroles de "4 Degrees" prouvent à quel point l’artiste est prête à tout pour attirer l’attention du public sur des problèmes actuels. Dans cette chanson, elle fait référence aux conséquences que pourrait avoir le réchauffement climatique sur la planète si la température moyenne augmentait de plus de 4 degrés par rapport à la période préindustrielle :

"Je veux voir ce monde, je veux le voir bouillir/Je veux entendre les chiens pleurer pour avoir de l’eau/Je veux voir les poissons morts à la surface de la mer/Je veux les voir brûler, ce n’est que 4 degrés"

Dans cet album, les images sont tout aussi importantes. La typographie sur la pochette de Hopelessness est l'œuvre de l’ami d’Anohni, Lance De Los Reyes. La plupart des New-Yorkais le connaissent car l’artiste avait recouvert des panneaux d’affichages vides avec des messages poétiques dans Brooklyn et le Queens. À travers son art, Lance De Los Reyes dénonce lui aussi parfois les tares de l'humanité.

Comme Ann Powers – qui a disséqué le dernier album d’Anohni pour NPR – l’explique très justement, "presque chaque morceau de Hopelessness se transforme en image viscérale".

"Des têtes humaines explosent, des créatures marines s’étouffent avec des sacs plastiques, la terre elle-même est un patient en chimiothérapie, malade à cause des injections. Par le pouvoir de l'imagination, elle donne une incarnation aux corps des victimes des conflits, et certains l’ont critiquée pour s’être appropriée ces expériences. Elle pense que ses gestes permettent une véritable connexion."

Hopelessness est disponible sur iTunes, Spotify, et Amazon.


Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois

À voir aussi sur konbini :