AccueilMusique

En images : quand des albums de metal mythiques se rhabillent façon jazz

Publié le

par Théo Chapuis

Le graphiste Rafa Melandi a rhabillé les pochettes metal sous les atours de visuels de jazz. Sa série, "Metazz", rappelle à quel point les deux genres ont un univers graphique aussi marqué.

Les pochettes d'albums de metal sont un genre graphique à part entière. De Black Sabbath à Craft, en passant par Iron Maiden et Kreator, on sait tout de suite à quel genre musical on a affaire face à certains visuels. Les ingrédients ? Personnages monstrueux, représentations bibliques, prémonitions de fin du monde ou symboles religieux... Je ne vous fais pas un dessin. Et la recette marche (presque) à chaque fois.

Rafa Melandi, un graphiste résidant à Sao Paulo au Brésil, s'est alors fait une joie de détourner les visuels musclés des pochettes de quelques albums mythiques du genre. Le nom de cette série : "Metazz". Melandi nomme ainsi ses œuvres puisqu'il parvient à donner une touche rétro à ces disques, de sorte qu'ils semblent désormais davantage s'adresser aux fans du label de jazz Blue Note qu'à ceux de Relapse Records.

Pourtant, un seul truc nous chiffonne : on a bien du mal à imaginer ce que "Arise" de Sepultura ou "Postmortem" de Slayer pourraient donner en version lumière tamisée et rythme chaloupés.

Par ici pour comparer avec les pochettes originales.

Slayer, <em>Reign In Blood</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Motörhead, <em>Ace of Spades</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Iron Maiden, <em>Powerslave</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Metallica, <em>Master of Puppets</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Judas Priest, <em>British Steel</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Sepultura, <em>Arise</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Megadeth, <em>Rust In Peace</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Anthrax, <em>Among the Living</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Black Sabbath, <em>Paranoid</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

Pantera, <em>Vulgar Display of Power</em> (Crédits image : Rafa Melandi)

 A lire -> Homeland vu à travers 12 pochettes façon albums de jazz

À voir aussi sur konbini :