Dinos précise son retour avec le clip ultra-léché de "Flashé"

En attendant la sortie de son premier album, Imany, le rappeur de la Courneuve nous propose un clip des plus réussis.

Il y a de cela trois mois, Dinos nous présentait "Flashé", le single qui signait son grand retour. Différent des sons que le beatmaker Richie Beats avait pu produire précédemment, le titre développe un tempo plus lent et une mélodie lancinante, cotonneuse et complètement planante. Entre plusieurs couplets truffés de références, Dinos chante un refrain léger et addictif, inspiré d’une anecdote assez universelle : "Un soir, je me suis fait flasher, j’avais le seum, et j’arrêtais pas de répéter 'flashé flashé flashé'. C’est aussi simple que ça."

Publicité

Pour accompagner ce titre entêtant, Dinos nous présente aujourd’hui le clip. Celui qui avait teasé le morceau par le biais d’une vidéo nommée "Je suis le quartier, pas la rue" reste fidèle à cette thématique. Loin des mises en scène traditionnelles des quartiers, le jeune rappeur, dirigé par Ojoz, utilise les architectures, les lumières et les angles pour jouer et manipuler le paysage à sa guise. Tirant parti du décor urbain qui l’entoure, il le transforme en véritable œuvre d’art immortalisée par les "paparazzis" locaux.

Alors qu’il donnait un concert lors des dix ans de l’événement Hip-Hop Convict, Dinos en a profité pour balancer la date de sortie officielle d’Imany, son premier album, prévu pour le 27 avril prochain donc. Un projet dont le rappeur avait d’abord annoncé la sortie en 2015, avant de repousser la date à plusieurs reprises, comblant les décalages par des projets intermédiaires, comme la compilation d’inédits nommée Toujours pas Imany mais presque, publiée en 2016. L’artiste nous expliquait alors :

"Il m’a fallu deux ans pour mûrir et pour faire un album dont je sois entièrement fier. C’était le temps qu’il m’a fallu pour me trouver musicalement et humainement. J’ai aussi eu deux-trois galères de maison de disques. J’ai changé de label et ça m’a retardé un petit peu. Je n’ai plus grand-chose à voir avec la personne que j’étais avant. Ma vision des choses est complètement différente. Je suis plus posé, plus réfléchi et plus calme. Je n’ai plus peur de grand-chose. Si les choses doivent arriver, je me dis que c’est la vie qui veut ça."

Publicité

Tenez-vous prêts le 27 avril !

Par Sophie Laroche, publié le 22/02/2018

Pour vous :