AccueilMusique

Nate Dogg : voici 8 choses que vous ne saviez pas sur le crooner ombrageux

Publié le

par Aurélien Chapuis

Le chanteur et rappeur Nate Dogg nous a quittés il y a 10 ans. Retour sur un personnage atypique et intemporel.

Son père était pasteur et sa mère cheffe de chœur

Nathaniel Dwayne Hale, alias Nate Dogg, est né en 1969 à Clarksdale, dans le Mississippi. Son père est un pasteur plutôt strict et sa mère est cheffe de chœur à l’église. Sa famille habitait juste au-dessus du lieu de culte et Nate dira que, même malade, il était obligé de suivre la messe via un interphone depuis sa chambre. Ses premières expériences musicales sont donc un mélange de blues du delta du Mississippi et de gospel à l’église. Elles forgeront sa voix. Quelques années avant sa mort, Nate Dogg reviendra à ce gospel si important pour lui.

Il a passé trois ans chez les Marines

Quand ses parents divorcent, Nate déménage à Long Beach en Californie. Il a 14 ans. Au lycée polytechnique du coin, il rencontre un grand gars qui se fait appeler Snoop Rock. Il fait alors quelques freestyles avec lui à la cantine, influencé par LL Cool J, Run-DMC ou Special Ed. Nate rappe, mais il se rend déjà compte qu’il rappe moins bien que Snoop. Il travaille alors des refrains plus soul, influencé par Marvin Gaye, Stevie Wonder ou Maurice White.

Malgré tout, Nate déteste l’école et passe plus de temps dans la rue, notamment avec le gang des Crips. Avec Snoop, ils essaient d’obtenir une bourse pour devenir footballeurs mais ça ne marche pas trop. À 17 ans, Nate Dogg décide alors de tout plaquer et de s’engager dans l’armée, le corps des Marines. Il y reste trois ans, basé à Okinawa, au Japon, et devient spécialiste en munitions. En 1989, il est remercié pour mauvaise conduite.

Son premier groupe, avec Snoop Dogg et Warren G, s’appelait 213

En 1989, Nate Dogg rentre donc à Long Beach et retrouve son ami du lycée, Snoop. Pendant son absence, Snoop a continué le rap et lui présente un autre jeune rappeur du quartier, Warren G. Ils ont tous abandonné leurs rêves de football et veulent se lancer à fond dans la musique, tout en étant un peu dans la rue, toujours avec les Crips.

Snoop, Nate et Warren lancent alors leur groupe, enregistrant dans l’arrière-boutique du magasin de disques de Long Beach, The VIP Records, qui deviendra célèbre en apparaissant dans le premier clip de Snoop, "Who Am I", quelques années plus tard. Pour cette démo, les trois artistes se trouvent un nom, 213, qui fait référence au code postal de leur ville, Long Beach, mais aussi à 415, le groupe de Richie Rich, un rappeur de la baie de San Francisco qui les inspire beaucoup. Finalement, The Hard Way, le premier album du trio 213, ne sortira que 15 ans plus tard, en 2004. Entre les deux, une légende va se créer.

Le public le découvre sur The Chronic de Dr. Dre

En fait, Warren G est tout simplement le demi-frère de Dr. Dre. À la fin des années 1980, Dr. Dre est devenu une énorme star en tant que membre du groupe NWA, mais Warren G apprend que, début 1990, Dr. Dre souhaite quitter le groupe et son label Ruthless Records pour se lancer dans une nouvelle aventure. Très motivé, Warren décide de lui faire écouter la démo de 213 pendant un enterrement de vie de garçon où ils étaient invités tous les deux. Dr. Dre écoute attentivement et décide de tous les inviter en studio pendant l’enregistrement de son premier album, The Chronic, avec le menaçant Suge Knight et son label Death Row Records.

C’est grâce à cette démo écoutée en soirée que Dr. Dre va pousser Snoop Dogg sur le devant de la scène, pendant que Warren G et Nate Dogg vont totalement infuser ce premier album mythique. Mais c’est vraiment sur l’album de Snoop Dogg, "Doggystyle", qui sort un an après, que Nate Dogg va pouvoir sortir un morceau quasi solo, "Ain't No Fun", au contenu provocant, suave et explicite. Nate dira toujours que c’est là sa première vraie signature.

Il a enregistré "Regulate" dans un placard

En 1994, déçu de ne pas être mis plus en avant dans le Death Row de Suge Knight, Warren G fait bande à part. Quand on lui demande un morceau pour la bande originale de "Above the Rim", un film sur le monde du basket, il s’enferme dans son appartement et cherche le tube ultime de sa version du G-funk. À l’époque, son appart est un taudis, il n’a pas vraiment de matériel et des merdes de chien traînent dans le salon. C’est la zone.

Pourtant, il va inviter Nate Dogg à enregistrer un passe-passe avec lui, directement dans son appartement. Ce morceau hors norme s’appellera "Regulate" et toutes les voix qu’on y entend ont été enregistrées dans un placard que Warren G venait de vider. Avec ce morceau, Warren G va signer chez Def Jam Recordings et "Regulate" deviendra le plus grand single de l’histoire du label. Comme quoi, pas la peine de sortir du placard.

Son premier album n’est jamais sorti chez Death Row

Nate Dogg devient le "monsieur refrains" de Death Row. Il intervient sur les albums de Dr. Dre, de Snoop Dogg, de Tupac et du Dogg Pound. En fait, à chaque fois que Nate trouve une idée ou enregistre un morceau, ça finit le plus souvent sur les albums de ses potes. Son premier album solo, G-Funk Classics, est annoncé dès 1993 par Suge Knight. Il sera repoussé indéfiniment.

Finalement, Nate en a marre et décide de quitter Death Row, comme quasiment tous les artistes en 1997. Son premier album ne sortira qu’en 1998, dans des conditions déplorables. Les critiques disent alors que le disque est daté. Normal ! Une grande partie des morceaux datent vraiment de 1994. Même s’il est très réussi avec le recul, le premier album solo de Nate Dogg est un coup d’épée dans l’eau. Nate reste "monsieur refrains".

Il avait un jacuzzi dans son salon

Dans les souvenirs de soirées folles de Los Angeles au milieu des années 1990, il y a une légende : le jacuzzi de Nate Dogg. Il avait même un petit surnom : "The Shacuzzi".

En effet, de nombreux témoignages évoquent le salon de Nate Dogg, où trônait un énorme jacuzzi dans lequel le rappeur passait la moitié de ses journées et soirées, mais n’imaginez rien de luxueux… Warren G le décrit plutôt comme un objet incongru, pas très brillant, que Nate Dogg aimait de tout son cœur. C’est simple, il en parlait tout le temps. La véritable histoire d’amour de Nate, c’était peut-être avec le Shacuzzi !

Son morceau numéro un n’est pas celui qu’on pense

Nate Dogg a été le pilier de nombreux tubes entre 1992 et 2005 avec ses refrains si entêtants et grandioses. En plus de ses potes de LA, il a aussi obtenu des hits avec Ludacris, Fabolous, Mos Def, Eminem, Jadakiss et même Shaquille O’Neal ! Pourtant, il n’obtiendra qu’une seule fois un morceau numéro un du Billboard et ça arrivera très tard dans sa carrière.

En 2003, 50 Cent veut Nate Dogg sur un morceau qu’il a écrit pour son premier album, "21 Questions". La collaboration deviendra légendaire et permettra ainsi à Nate d’obtenir son premier trophée, lui qui a été nommé quatre fois au Grammys sans jamais rien obtenir. À partir de 2007, Nate Dogg aura de gros problèmes de santé, des attaques à répétition qui le laisseront partiellement paralysé. Une dernière attaque l’emporte le 15 mars 2011. Il avait 41 ans. Le crooner ombrageux est parti, mais les mélodies de ses refrains nous accompagneront pour toujours.