Il y a 24 ans, Tupac avait tous les yeux braqués sur lui et son classique "All Eyez On Me"

Le premier double album en solo de l'histoire du rap américain fête son anniversaire. L'occasion de remonter le temps.

Le 13 février 1996, le quatrième album studio de Tupac, All Eyez On Me, faisait son apparition. Il s’agit du dernier effort du rappeur, qui décédait huit mois après, de son vivant. Un disque qui a marqué l’histoire, notamment parce qu’il est le premier double album en solo de l’histoire du rap américain. Mais pas que…

Un double album de 27 titres, pour une écoute totale de 2h12. Même 24 ans après sa sortie, on ne s’en lasse toujours pas. Intemporels, les morceaux de cette œuvre délivrée sous le légendaire label Death Row n’ont pas pris une ride et l’album renferme encore d’innombrables hits. Tupac nous parle avec une facilité déconcertante et un talent indéniable de la violence qui l’entoure. Il y exprime à la perfection ses émotions, grâce à ses qualités de poète et un style inimitable.

Publicité

Si l’on remonte quelques semaines avant la sortie de All Eyez On Me, Tupac Amaru Shakur était encore incarcéré à la prison de Dannemora. Condamné en 1995 pour agression sexuelle, il écope d’une peine de quatre ans et demi de réclusion mais sort finalement plus tôt que prévu. Tous les yeux sont alors braqués sur celui qui s’apprête à marquer l’histoire.

Un pacte avec le diable ?

Pour parler du succès rencontré par All Eyez On Me, il est inévitable d’évoquer Death Row et son patron, Suge Knight. L’homme a sorti 1,4 million de dollars de sa poche pour payer la caution de Tupac. En échange, le boss du label lui propose une signature de contrat et lui promet deux albums.

Publicité

Cet homme puissant, avant d’être un sauveur, est surtout un grand businessman controversé. Celui qui a fait de Snoop Dogg et Dr. Dre des stars avait besoin de Tupac en plus dans son label, pour renforcer sa position. La main que Suge Knight tend alors au rappeur a des airs de cadeau empoisonné. Du pénitencier à Death Row, le deal s’apparente surtout à un transfert de prisonnier.

Quoi qu’il en soit, ce qui ressemble fortement à un pacte avec le diable a tout de même offert au monde un album monstrueux, qui a eu un impact considérable dès son arrivée et a marqué l’histoire du hip-hop à jamais.

La machine était relancée

Tupac est donc libéré sous caution le 12 octobre 1995. Dès son retour en studio, le rappeur ne chôme pas. Il est particulièrement productif, comme à son habitude, mais avec un appétit encore plus monstrueux. Il enchaîne les enregistrements à une cadence folle. Surhumain, vous dites ? Une incroyable spontanéité qui se ressent quand on parcourt les 27 titres de l’album, du premier et incisif morceau du projet, "Ambition Az A Ridah", à "Can’t C Me", un titre produit par Dr.Dre, en passant par le fameux banger "All Eyez On Me".

Publicité

Le média Pitchfork nous livre une anecdote concernant les collaborations sur cet album. En effet, au moment de l’enregistrement, Tupac s’amusait à vérifier la légitimité des artistes qui prétendaient pouvoir poser un couplet à ses côtés grâce à un sacré challenge. Il mettait au défi les rappeurs de pondre un couplet en un temps record (soit seulement quelques minutes). À l’issue de ce test, l’échec rimait avec… la porte. Seul Snoop Dogg, son ami de toujours, est sorti vainqueur à ce petit jeu. On le retrouve sur un titre lui aussi culte : "2 Of Amerikaz Most Wanted".

Publicité

All Eyez On Me explose tout

Pas étonnant donc qu’à peine sorti de prison et avec une telle énergie, Tupac et son album All Eyez On Me soient unanimement salués par la critique. Le projet brille grâce à une pluie de titres tous aussi fous les uns que les autres, la plupart produits par son acolyte Johnny "J".

Le célèbre Dr. Dre a lui aussi participé à ce succès. En plus de "Can’t C Me", Dre produit surtout le titre "California Love", qui offre à Tupac son premier hit classé numéro 1 au Top 100 Billboard. Un single qui devait initialement être un titre solo du producteur. Les deux hommes nous offrent même un clip rendant hommage au film Mad Max pour ce tube mémorable des années 1990.

Le morceau "How Do You Want It", lui aussi présent sur le projet, connaît un certain succès… et un clip qui a autant fait saliver que parler.

Cet album de Tupac, devenu mythique, a également rencontré un énorme succès sur le plan commercial. Avec All Eyez On Me, le rappeur réalise en effet la deuxième meilleure vente d’albums de sa carrière. Une influence qui a franchi l’Atlantique, puisque ce sera le premier disque de Tupac à se positionner dans les charts en France. Le projet, qui s’est écoulé à 5,9 millions d’exemplaires aux États-Unis, a aussi reçu le prix Soul Train Music Award du meilleur album R’n’B/Rap. Une récompense attribuée en 1997, soit un an après la mort du rappeur.

"I wanna be forever eternal"

Cette phrase prononcée par Tupac lors d’une interview sur un bateau, dans laquelle il est habillé de la même façon que sur la pochette de son album, est restée dans les mémoires. Pari réussi pour l’artiste, puisque du statut de simple rappeur, Tupac est passé à celui de légende.

All Eyez On Me, véritable chef-d’œuvre du rap, fait perdurer, rien qu’à son écoute, l’héritage d’un soldat bel et bien éternel.

À lire également -> Tupac Shakur : plus qu’un rappeur, une légende aux multiples facettes

Par Maëva Carayon, publié le 14/02/2020

Pour vous :