AccueilMusique

2021, l’année du 667 ?

Publié le

par Samuel Delwasse

Ékipafond : revenons sur l’explosion du 667, depuis plus d’un an jusqu’à aujourd’hui.

Aussi mystérieux que convoité, le groupe 667 est depuis un an et demi l’une des plus grosses attractions du rap français. Composé d’une dizaine de membres, ce groupe de Dakar est passé de l’ombre à la lumière, sans pour autant lever le voile sur le mystère derrière cette secte. Alors, comment ce collectif de rappeurs à l’univers obscur a-t-il réussi à attirer l’attention ? Arriveront-ils, comme annoncé par Freeze Corleone sur "669 Part. 2", à "être là jusqu’en 2k669" ?

Tout d’abord, comment en est-on arrivé là ? Dans une année 2019 où Nekfeu, PNL et Ninho ont dévoré le rap français, qui aurait pu croire que, à peine deux ans plus tard, tous les yeux seraient tournés vers cette secte sulfureuse ? 2020 fut un moment charnière. Porté par l’émulation autour de Freeze Corleone, le 667 s’est progressivement implanté dans le rap français après des années à opérer dans l’ombre.

Du freestyle "Welcome to the Party" à "Drill Fr 4" en passant par le Colors de "Desiigner" jusqu’à la bombe que fut LMF le 11 septembre dans le rap français, l’explosion de Freeze Corleone aux yeux du grand public en 2020 a ouvert une brèche dans laquelle s’est engouffré le 667. Cette ouverture a permis au groupe franco-sénégalais d’entrevoir l’année 2021 comme celle de la confirmation.

Des projets individuels attendus et réussis

Car pour que les paroles de ces lyricistes des ténèbres se répandent dans les écouteurs d’un maximum d’auditeurs du paysage francophone, un seul membre ne suffit pas. Si le succès de Freeze Corleone a changé la donne, les membres du 667 se devaient de proposer des projets solos convaincants pour qu’on puisse les identifier en dehors de l’entité collective.

Et c’est chose faite. En effet, certains membres du groupe ont sorti des projets vraiment réussis en 2021, qui ont permis d’asseoir leur implantation dans l’industrie et de propager en continu le triangle inversé couvert des trois chiffres mystères. C’est le cas par exemple de Norsacce Berlusconi, qui a sorti l’excellent Marathon en février dernier. Un album concis (14 titres), puissant et efficace, pour un rappeur plein de technique, d’énergie et de régularité. Alors, certes, ce n’est pas révolutionnaire musicalement : on reste dans la continuité de la vague drill adoptée depuis plus d’un an. Mais rien que pour la masterclass qu’est le morceau "Secte Part. 3" avec Osirus Jack, cet album vaut le coup !

"Le 667, c’est que de la drill, on en a marre !" Faux. Au milieu de ce groupe de kickeurs se cache un amoureux de musique aux albums d’une diversité folle : Zuukou Mayzie. La sortie au mois de juin de Segunda Temporada en est la preuve. La saison 2 du Mayz est incroyablement riche : de l’eurodance sur "Pourquoi pas" au banger "Pépé anglais" avec Freeze en passant par la douceur "Le Mayz", Zuukou vient de délivrer un album plus que convaincant. Fort de son passage chez Colors pour l’interprétation du morceau "Haku", le rappeur gagne également en notoriété depuis quelques mois. Par la diversité musicale qu’il propose, il est certainement une des pièces maîtresses de l’équilibre du 667, auquel il peut apporter un nouveau public extrêmement large.

Enfin, au-delà de l’approbation de ces projets par le public et les médias, il y a surtout des attentes, qui font énormément parler des membres du groupe et font monter la hype autour de la moindre sortie de l’un d’eux. On sait qu’Osirus Jack devrait dévoiler son album Nouvelle ère en 2021, qui a tout l’air d’être le prochain LMF par l’impact qu’il pourrait avoir sur le public du rap français.

Et Freeze, dans tout ça ? Toujours aussi discret quant à ses sorties, c’est via son manager Shone que la communauté va piocher ses informations. Une chose est sûre : sa prochaine sortie va à nouveau faire énormément de bruit. On sait qu’il peut à tout moment couper le souffle de l’intégralité du rap français en un tweet. Il y a de grosses attentes sur la manière dont Freeze va réussir à se renouveler après ce qu’il a pu proposer sur LMF et ses nombreuses apparitions en featuring depuis. De quoi faire parler de la secte pendant encore de nombreux mois…

Un nouveau souffle donné au rap français

Seulement, le 667, ce n’est pas uniquement des rappeurs. C’est tout un univers. Toute une identité musicale qu’ils ont apportée au rap français depuis plus d’un an et demi. Mangemort Squad a œuvré dans l’ombre pour leur assurer de sortir de leur grotte une fois la recette maîtrisée à la perfection pour bouleverser l’équilibre existant.

Et dans cette quête d’identité et de singularité, le groupe a pu bénéficier d’une vague musicale qui a su les mettre au-devant de la scène : la drill. Cette appropriation de la drill londonienne et new-yorkaise a marqué le début de l’explosion du mouvement, avec d’autres artistes comme Gazo ou Ashe 22, qui ont aidé à populariser ce style. Bien qu’elle ne représente qu’une des déclinaisons de leur panel musical, la drill est encore au cœur de leur musique actuellement. Et elle est particulièrement bien maîtrisée par les membres de la Ligue des Ombres.

Par ce nouvel élan, auquel une grande partie du rap français s’est alors essayé, les membres du 667 furent impliqués dans énormément de featurings cette année. Freeze Corleone, parmi les innombrables feats donnés post-LMF (Alpha Wann, Koba LaD, Kaaris, Nahir…), était l’un des rares invités de JVLIVS II. Zuukou Mayzie a collaboré avec Wit. de l’équipe Digital Mundo sur Segunda Temporada. Norsacce a invité Captaine Roshi sur Marathon. Django a fait un projet entier avec Flem, qui a énormément produit pour le groupe. L’équipe du 667 n’est donc plus en marge du rap français comme c’était le cas il y a encore deux ans.

Enfin, le succès d’un rappeur comme Freeze Corleone est un modèle de réussite et une source d’espoir pour les rappeurs de niche (qui d’ailleurs le citent souvent en interview). Certifié disque de platine en huit mois avec LMF en indépendant, Freeze est la preuve que le travail paie. Un rappeur qui s’est cherché et a rappé loin des regards durant des années, en se forgeant une identité, une vraie communauté avec une fanbase solide. Cela lui a permis d’exploser en restant fidèle à son univers musical et à sa proposition atypique. De quoi inspirer bien des rappeurs qui refusent de se plier aux normes qu’essaient de fixer les labels, les radios et qui sont à l’origine d’un formatage, parfois inconscient, de bon nombre d’albums dans le rap français aujourd’hui.

Le 667 au cœur d’une nouvelle ère médiatique

Ce qui fait la particularité et le succès du 667, c’est son rapport à l’industrie. Les membres du groupe sont tous indépendants, ne participent pas aux schémas traditionnels de promotion des médias rap. Hormis l’apparition de Zuukou Mayzie chez Clique en décembre 2019, très rares sont les moments où ils se montrent. C’est cette part de mystère qui intrigue tant, et c’est pourquoi chaque adepte du mouvement prend la moindre actualité sur l’un des membres comme du pain béni.

Le reste de leur promotion vient sinon de collaborations avec des entités différentes : les vêtements très limités du 667 en collaboration avec Apeshit ou avec CRCLR (C’est rien c’est la rue), ou encore le documentaire du Règlement avec Zuukou Mayzie confortent ce sentiment d’exclusivité autour de l’ensemble du groupe. Et finalement, n’est-ce-pas la rareté qui pousse à l’intérêt grandissant ?

Le réel soutien autour des membres du 667 n’est finalement pas médiatique. Il est virtuel. Sur tous les réseaux sociaux, la communauté du 667 opère tel un réel lobby pour élargir le cercle et attirer le plus de personnes dans le mouvement. Combien de fois a-t-on trouvé un "s/o" ou un "ékip" en commentaire d’un post ou d’un live Instagram ? C’est là la vraie force du 667 : la propagande ne vient pas d’eux. Ce qui leur assure une pérennisation et un renforcement continuel de la fanbase, leur permettant d’être encore plus puissants à chaque projet.

Quelles ambitions et quel futur peut-on alors envisager pour le 667 ? Nul doute que la fin de l’année et certains projets prévus vont laisser la secte sous les projecteurs. Mais on sent une volonté d’aller plus loin que ce qui se fait en France, et de faire voyager l’identité et la musique du groupe. C’est pourquoi Freeze a par exemple fait un featuring avec le Londonien Central Cee sur le morceau "Polémique", sorti il y a quelques semaines, et initialement diffusé sur la radio OVO Sound.

Enfin, quid d’une collaboration avec l’équipe JackBoys ? Une photo a été relayée avec Freeze Corleone et Sheck Wes en studio. Après la Grande-Bretagne, les États-Unis ? Avant d’envisager toute réussite de la secte en dehors de l’Hexagone, il semble que, d’ici la fin de l’année, les membres du Mangemort Squad aient encore une industrie à braquer, des auditeurs à choquer et une pyramide à renverser.

À voir aussi sur konbini :