AccueilMusique

Que la musique : voici 15 jeunes artistes à suivre de près en 2021

Publié le

par Joséphine de Rubercy

On a sélectionné 15 artistes, de France, Belgique et d’ailleurs. 15 jeunes talents qui brilleront encore plus cette année.

Bakari

Étoile du rap belge, Bakari nous vient directement de Liège. Le jeune homme montre sa polyvalence musicale : il est à la fois un kickeur talenteux, comme il le prouvait en 2018 dans son EP Kaléidoscope, et un artiste capable de morceaux à la mélodie efficace, à l’image de son titre "N’Da Blocka". Son style au charme singulier, Bakari aime le décrire comme du "rap’n’blues".

L’année dernière, le rappeur a continué à sortir de nouveau morceaux, dont "Ailleurs" en collaboration avec Isha. En ce début 2021, il revient sur le devant de la scène avec "Panamera", un tout nouveau clip calme mais addictif. Lors d’une interview de présentation qu’il nous avait accordée en 2020, Bakari nous a annoncé le meilleur pour la suite… une promesse qui se concrétisera cette année.

Saskia

Elle non plus il ne lui aura pas fallu beaucoup de temps pour se faire remarquer. Saskia, c’est une autre étoile montant de la scène belge. Protégée de Krisy (alias De La Fuentes) et de Simon Le Saint (fidèle de Stromae), elle est à la croisée des styles musicaux, voguant entre pop, R’n’B et chanson française, avec une touche d’électro. Vous l’avez peut-être déjà entendue : la jeune artiste s’était fait connaître l’an dernier avec un premier single, "Pause". Un morceau sincère et fortement imprégné de pop urbaine, dont elle a fait la prod elle-même. En juillet 2020, elle sort ensuite le titre "La Mer". La douceur de sa voix et son grain légèrement éraillé se posent parfaitement sur le texte puissant, dénonciateur et engagé de l’artiste.

Si ce combo nous charme dans "La Mer", il est aussi et surtout la marque de fabrique de Saskia. En janvier dernier, elle nous l’a encore une fois prouvé avec la sortie de son single "Dans ma tête", qui intrigue et fascine. La chanteuse bruxelloise n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et nous, on n’a pas peur de croire en son talent. Avec seulement trois morceaux à son actif, Saskia nous ferait-elle le plaisir de sortir un EP dans les mois à venir ? Il y a de fortes chances.

La Zarra

En décembre dernier, La Zarra se présentait avec une reprise pour le peu originale, un mash-up entre "À l’ammoniaque" de PNL et "Mon Dieu" d’Édith Piaf. La chanteuse a prouvé son habileté à se jouer des frontières entre les genres musicaux, en mariant deux univers pourtant totalement distincts de prime abord. Une performance remarquée, qui n’a pas laissé les amateurs indifférents.

La Zarra poursuit son petit bout de chemin en se baladant sur une douce reprise de "Printemps blanc", un morceau de Niro, avec qui elle était en featuring en 2018. Sa voix gracieuse se marie parfaitement à une instru aux petits airs de tango, prouvant son aisance à voyager entre différents univers artistiques. La Zarra n’a donc pas fini de nous surprendre, et sa musique pourrait bien charmer un vaste public en 2021.

Iliona

Alors que la scène belge n’en finit plus de briller, elle commence même à prendre la relève de la chanson française. C’est le cas avec Iliona, cette jeune artiste de 20 ans. Véritable diamant brut, elle est autrice-compositrice-interprète et aime tout faire toute seule. Elle retranscrit ses états d’âme comme sur un journal intime et réalise elle-même ses clips. Déjà adoubée par plusieurs artistes comme Lous and the Yakuza ou encore Benjamin Biolay, elle a tout pour se faire une place sur le devant de la scène.

Iliona, c’est un parfait mélange de vintage et de fraîcheur. La force des mots, la douceur des notes de piano et une mélodie simple… avec son premier titre "Moins joli", la chanteuse nous fait facilement penser à la grande Barbara et s’affiche comme digne héritière de la chanson française des années 1960. Et en même temps, elle ne se prive pas d’autotune à gogo sur "Reste", single criant de modernité. Avec ses morceaux "Rattrape-moi" et "J’ai du mal", Iliona flirte avec la trap et nous rappelle que, comme beaucoup de jeunes de 20 ans aujourd’hui, elle est éduquée au rap. On vous la présentait il y a quelques mois et, aujourd’hui, elle est sur le point de tout casser avec la sortie de son premier EP Tristesse, le 5 février prochain. En seulement un an, sa musique à l’ambiance intimiste et sa voix feutrée ont su convaincre. Chapeau.

Flo Milli

À tout juste 20 ans, Flo Milli est la rappeuse à suivre en 2021, après une année pleine de réussite sous le feu des projecteurs. Après son hit viral « Beef FloMix » qui reprenait un morceau peu connu de Playboi Carti et Ethereal sorti en 2015, Flo Milli a confirmé sa place avec son projet Ho, Why is You Here?, un des meilleurs albums de l’année 2020. Et l’énergie débordante de la rappeuse se décline facilement sur le long terme, entre belles prouesses techniques et prises de risque mesurées.

Originaire de Mobile en Alabama, elle découvre Nicki Minaj quand elle a seulement 11 ans et décide de se mettre au rap directement. En quelques années, elle a développé un charisme flamboyant, avec une vraie virtuosité dans le flow et les mélodies. Flo Milli commence l’année en fanfare aux côtés de Kenny Beats, un producteur qui correspond parfaitement à la l’identité musicale de la jeune rappeuse. Tout porte à croire que l’année 2021 va faire d’elle une star.

David Okit

Les fans de Bigflo et Oli l’ont peut-être déjà vu sur scène ou au micro de Planète Rap. David Okit propose un rap lumineux et virevoltant. Du haut de ses 20 ans, le jeune artiste se montre positif et bienveillant : les petites erreurs de jeunesse qu’il a pu commettre par le passé sont autant de leçons qui lui permettent aujourd’hui de progresser avec sérénité et recul dans sa vie d’artiste. Car David Okit est un travailleur, et son labeur a payé : en quelques mois, il s’est hissé dans le Top 50 France Soundcloud et cumule aujourd’hui plus de 8 millions de streams.

Dans son nouveau single "Igo", le jeune homme revient sur les étapes importantes de son vécu qui l’ont mené vers la foi. Okit expose ses convictions religieuses pudiquement mais avec confiance, à travers une mélodie voluptueuse qui plane sur une instru très pop aux petits accents de hip-hop. Vêtu tout de blanc dans le clip, accompagné d’un chœur qui danse derrière lui, David Okit rayonne par son aisance et son énergie. Respecté pour ses talents de freestyleur, il passe aujourd’hui à la vitesse supérieure.

Devo TLR

Un nouveau challenger arrive dans le rap game, Tyler Touluch, dit Devo TLR, a de sérieux arguments en sa faveur. Du haut de ses 18 ans, le jeune artiste pose les questions universelles qui traversent quiconque fait face aux événements de la vie. Devo TLR, c’est un flow incisif, porté par des intrus sobres mais efficaces, qui délivre des messages d’une honnêteté brutale et sans concession. 

Cet état d’esprit se ressent particulièrement dans son single "Tyler". En baptisant le morceau de son propre prénom, le jeune rappeur fait comprendre son intention de se livrer, de se chercher, d’embrasser son identité en tant qu’artiste. Devo TLR est un joyau brut qui brillera d’un éclat pur.

Shygirl

À la première écoute, on pense forcément à la teinte grandiloquente des productions de M.I.A – qu’on espère vite voir revenir. Puis on passe d’un morceau à un autre et on comprend la complexité de ses différentes influences. Car Shygirl, paradoxalement, n’a jamais froid aux yeux quand il s’agit de mélanger de la grime, de l’hyperpop et du hip-hop, bossant auprès d'Arca et de SOPHIE, et dérigeant son propre label, NUXXE, aux côtés d’une autre productrice Sega Bodega.

Avec seulement deux EP au compteur, Cruel Practice (2018) et Alias (2020), la musicienne originaire du South East London fait partie des talents de demain qui se sont déjà fait un nom auprès de Rihanna et des médias spécialisés. Et le tout avec une nonchalance et des titres aussi pop que sacrément dévastateur. Mention spéciale au sombre "BB", dont le clip est disponible ci-dessus.

Logic1000

Cela fait trois ans maintenant que la productrice et DJ australienne Logic1000 fait, petit à petit, son trou. Et si on a pu la voir signer des morceaux ou des remix à gauche à droite ces derniers mois sur son propre label, 2021 devrait bien être l’année où sa carrière va décoller, et où vous devriez suivre de près ce que nous offre cette chère Samantha Poulter.

Déjà parce qu’elle est soutenue par des grands de cet univers musical : Four Tet jouait un de ses morceaux à Coachella il y a quelques mois, Caribou lui a demandé de remixer un titre de son dernier album, et Floating Points l’adore. Mais aussi parce que son tout nouvel EP, mêlant garage et house, ode à la teuf pré-Covid, vient tout juste de sortir chez Because. Un excellent cru, qui nous laisse penser que ce n’est que le début pour Logic1000. Qu’on espère voir jouer dans la pénombre d’une salle moite prochainement.

Squidji

Nouveau nom qui monte doucement mais sûrement, Squidji a su prouver son talent avec Parades, son EP paru l’année dernière. Le rappeur du 15e arrondissement impose son style, le R’n’B noir, un doux mélange de trap et de R’n'B. Sur des intrus au rythme addictif, Squidji se livre et revient avec pudeur sur ses relations avec les femmes. Des paroles délicates et matures, qui trouvent un écho auprès de tous les romantiques.

Squidji jouit donc d’un grand succès d’estime parmi les amateurs. Lors d’une interview qu’il nous avait accordée, le jeune homme avait confirmé sa volonté de réaliser un premier album en 2021 et d’éventuellement décrocher son premier disque d’or l’année suivante. Si le projet voit effectivement le jour cette année, le nom de Squidji pourrait bien devenir majeur dans la scène musicale actuelle.

Elia

Elle pourrait être la descendante de Björk ou de FKA Twigs. Un flow sorti tout droit de l’univers du rap, mêlé à la tendresse d'une voix pop et à des textes dignes des plus grandes chansons françaises : on vous présente Elia. Parisienne d’origine russe et tunisienne, la chanteuse fait ressortir son mélange de cultures dans sa musique hypnotique et entêtante. Après ses titres "Aurore" et "Tendresse" parus en 2019, elle sort un premier EP la même année, intitulé Elia. Avec notamment un featuring avec le talentueux Ash Kidd sur "R2D2" et un morceau aux influences orientales et au titre provocateur, "Pornographie", la jeune femme montre qu’elle sait s’entourer comme se débrouiller toute seule.

En 2020, Elia sort entre autres le single "Si tu savais", une musique touchante, ensorcelante et complètement dans l’air du temps. L’artiste a été personnellement félicitée par le rappeur Booba pour cette chanson. Pas étonnant quand on sait qu’elle travaille aux côtés du duo Twinsmatic, qui lui pond des prods minimalistes, propres et modernes. Ce vendredi 29 janvier, elle apparaît une seconde fois aux côtés du rappeur Ash Kidd avec le morceau "Utopia Station", présent sur le dernier album de ce dernier. Signée chez Mercury Records (Universal Music France), Elia devrait nous surprendre en 2021 !

Jäde

Le R’n’B français se porte très bien, merci d’avoir demandé. Il aura peut-être fallu attendre pour voir un renouveau "made in France" de ce genre musical, mais c’est vrai qu’entre Lolo Zouaï, Bonnie Banane, Shay Lia ou encore Crystal Murray, il se passe de très belles choses par ici. Mais cette année, c’est une autre artiste qui va s’imposer comme une pièce maîtresse de cette scène : Jäde.

Nous vous la présentions avec beaucoup d’enthousiasme déjà l’année dernière, pour son précédent EP, Première fois. Six mois plus tard, elle remet ça avec Romance, un nouvel EP langoureux, où l’on retrouve toujours la patte de cette Lyonnaise, qui n’en est qu’à ses débuts mais dont on va entendre parler dans les prochains mois à coup sûr.

Saint DX

C’est l’artiste indé qui monte, qui monte, qui monte. Dans l’ombre des grands d’abord, puisqu’on lui doit une partie des prods de QALF, l’incroyable album de Damso, et qu’il a accompagné Charlotte Gainsbourg à la guitare sur sa dernière tournée. Mais aussi en son nom, avec son projet personnel, Saint DX. En 2020, il a multiplié les collaborations rêvées et remarquées, avec Clara Nowhere, chanteuse du groupe Agar Agar, et le musicien couteau suisse Joseph Schiano di Lombo sur le mélancolique "No Love", mais aussi avec le rappeur Squidji et le beatmaker Myth Syzer sur le remix du titre "Prime of your Life", rebaptisé "L’Amour fou" pour l’occasion. L’amour, c’est le grand mystère que chante sans relâche Saint DX, celui qui reste probablement le sujet ultime pour un musicien, celui qui met KO tous les autres.

On l’a récemment entendu lors du concert-fleuve de 6 heures sur Radio France et sur le plateau de Taratata pour un duo suave avec Catherine Ringer. Discret mais constant, il reviendra encore plus fort cette année. S’il n’a sorti jusqu’ici qu’un seul EP, SDX, en novembre 2019, un nouveau projet devrait voir le jour au printemps prochain, pour explorer encore et toujours les possibilités infinies de la pop 80's qui n’en finit pas de faire des bébés. Et on peut déjà révéler que son prochain clip, "Can’t Get You", véritable hymne à l’amour des temps modernes qui sortira le 17 février, devrait faire grimper la température à son maximum. L’année 2021 sera, c’est certain, un tournant sacro-saint !

Morray

Avec seulement un morceau, "Quicksand", Morray s’est placé sur la carte du rap. En même temps, "Quicksand" a tout pour plaire : efficace, charismatique et addictif, comme son auteur. Dans un style proche de Roddy Ricch, Rod Wave ou du regretté Mo3, le rappeur s’offre un classique instantané avec un univers difficile à décrire, entre rap de rue et chant gospel. Un peu comme Roddy époque "Die Young", Morray est à la croisée de plusieurs chemins mais tout porte à croire que ce sera celui de la réussite en 2021.

Originaire de Fayetteville, Morray est adoubé par un autre rappeur de sa ville, J. Cole, mais aussi Rick Ross, Jay-Z ou Tierra Whack – un spectre très large pour un rappeur qui n’a que quelques titres à son actif pour le moment. Morray est encore plus atypique quand on apprend qu’il écrit des scénarii à ses heures perdues et qu’il pense toujours à faire carrière comme acteur dans un futur proche. Sa façon si prenante de raconter des histoires et de les mettre en scène vient sûrement de ces multiples casquettes. Et Morray sait particulièrement comment mettre ses histoires en musique avec un sens de la mélodie imparable. Sûrement le talent le plus fulgurant de 2021.

Liv.e

Liv. e est une artiste impossible à classer. Son album Couldn’t Wait To Tell You sorti en 2020 est un mélange de neo soul éthérée, de rap calme et de jazz moderne. Les structures des morceaux sont très évolutives et à contre-pied, offrant une surprise de chaque instant, une vraie boîte de Pandore de musique alternative actuelle. La voix de Liv.e est envoutante sans en faire trop, on pense à Jill Scott, Erykah Badu ou Noname mixées aux expérimentations de FKA Twigs et aux influences plus rap de Smino ou Saba, voire acid jazz des années 1990.

Dans ses collaborations avec C.S. Armstrong, Pink Siifu ou Earl Sweatshirt, Liv.e ouvre des terrains peu explorés aux émotions multiples qui en font une des artistes les plus intéressantes à suivre en ce moment. Après ce premier album très complet, l’année 2021 devrait sourire à Liv.e pour développer un style vraiment unique à la créativité débordante.

Article écrit en collaboration par Arthur Cios, Aurélien Chapuis, Hong-Kyung Kang, Louis Lepron, Rachid Majdoub, Émilie Papatheodorou, et Joséphine de Rubercy.

À voir aussi sur konbini :