AccueilÉDITO

Konbini Computer Club : Yuksek (Ep. 3)

Publié le

par Sylvain Di Cristo

Rendez-vous des petits génies de la composition, des passionnés de grosses machines ou des amoureux de plug-in, le Konbini Computer Club est là pour meubler vos nuits blanches et dévoiler les secrets de composition des artistes d'aujourd'hui. Épisode #3, avec Yuksek.

Take my hand [tonight]
Go ahead [tonight]
Play my game [tonight]
Keep your head [tonight]

Ça vous dit quelque chose non ? C'est avec sa chanson "Tonight", tirée de son premier album Away From The Sea, que Yuksek, il y a quatre ans, s'est incrusté dans vos soirées comme dans vos iTunes, a fait chanter et danser la France entière pour, au final, s'inscrire en lettres majuscules dans le panorama musical français. Et y rester !


Yuksek - "Tonight" 

Du skate, des raves et des machines

Pierre-Alexandre Busson, ce Rémois de 36 ans a fait du chemin depuis l'époque sage du Conservatoire de piano. Autour de ses 16 ans, il se détache de ses études pour réellement se lancer dans ce qu'il aime faire, entre autre chose, la musique ; :

J'avais plus envie de faire du skate, de fumer des joints et d'écouter Nirvana et De La Soul.

Il avoue facilement que la pratique de ce sport n'était pas vraiment son point fort, mais que les vidéos étaient toujours "vecteurs de musique : dedans il pouvait y avoir du rock vénère, du garage, du punk comme du rap et du hip-hop."

Son entrée dans le monde de la musique électronique se fait d'une manière un peu candide, intrigué par "ce mec qui trainait au skate park et qui revenait avec des cassettes de techno, house bizarres, tirées de ce qui semblait être des rave party parisiennes."

Pierre-Alexandre Busson aka Yuksek

Pierre-Alexandre, lui, était bassiste dans un groupe de pop. Il finit par s'intéresser aux instruments électroniques lorsqu'il termine à son tour dans ces soirées parisiennes orchestrées par "l'équipe de Laurent Garnier". Le mariage de ces deux genres représente encore la signature de l'artiste que nous connaissons aujourd'hui :

Ça m'a amusé de découvrir ce nouveau style, j'étais avide d'essayer, de voir avec quoi ils faisaient ça... et d'un autre côté j'aime bien l'indie, le pop-rock et leurs structures musicales. Je crois que j'ai gardé dans mes compositions ce mélange.

Avec un ami, il se dégote ensuite un Atari avec le logiciel Cubase, et s'achète ses deux premiers synthés qu'il utilise encore à l'occasion : un Korg MS10 et un Juno 106.

On avait aussi un expander tout pourri pour les sons de batterie, puis on est rapidement passé sur un sampler. On a troqué notre PC et carte son merdique contre un Mac grâce aux quelques trucs qu'on avait produit avec. Depuis je n'ai jamais arrêté d'acheter des machines

Le Juno 106 de Roland<span style="font-size: 13px;line-height: 19px">.</span>

Parlons "technique"

Aujourd'hui, dans le studio de Yuksek, on trouve de tout : synthés, boîtes à rythmes, effets chorus, phaser vintages, pré-amplis, table de mixage... Mais il ne renie pas pour autant le numérique :

J'enregistre tout via de véritables instruments analogiques — pour garder le grain — mais je fais le mix final sur Logic Pro. C'est vraiment un mélange des deux pour garder tout ce qu'il y a d'intéressant dans chacun.

Dans le studio de Yuksek avec Juveniles, Get A Room et Le Crayon

Mais comment définir le "son Yuksek" ? Difficile de répondre à une telle question tant la signature sonore d'un artiste ne se limite jamais à une seule machine. Mais le Français donne tout de même un élément de réponse. Ou plutôt un instrument caractéristique de son deuxième et dernier album, Living On The Edge of Time :

J'ai beaucoup utilisé le Memorymoog, parce que c'était le dernier que j'ai acheté ; c'était mon nouveau jouet et il me rendait fou.

Le joujoux de Yuksek pour l'album "Living On The Edge Of Time", le Memorymoog

Ces derniers temps, il avoue que sa dernière acquisition et joujou préféré est un Jupiter 8 de Roland. Et il est très probable de retrouver ce son sur un futur troisième album. Voilà un bel indice.

Yuksek est bien entouré en live

En live, le garçon est toujours aussi bien entouré. Sur sa première tournée il avait sur scène son MS10, un micro avec vocodeur, un petit Moog, une grosse table de mixage pour mettre toutes les tranches, un ordinateur avec Live pour tout contrôler, et des pédales d'effets.

J'avais envie de faire un live tout seul, pas en mode laptop. Du coup je chantais, je braillais, je jouais vraiment.

La configuration live de Yuksek lors de sa seconde tournée

Sa seconde tournée était encore plus spectaculaire : Yuksek avait ramené une percussionniste, un bassiste au clavier et aux choeurs, et lui-même était au au clavier, chantait et réalisait des séquences :

J'avais un clavier polyphonique Juno 60, un MC202 et un ordinateur avec Live pour toutes les séquences MIDI, puis Clément à la basse avait un MiniMoog Voyager et un sampler.


Yuksek - "I Could Never Be a Dancer", Live @Scopitone 14/10/2011

Et dans la tête ?

Ce n'est pas tout d'avoir de belles machines. Pour faire de la musique, il faut aussi savoir réfléchir. Ça suffit ces clichés d'artistes à la science infuse, où une chanson s'imagine dans une bouteille de vin rouge, une fumée de joint ou un flash postcoïtal. La musique c'est effectivement l'état d'esprit de l'artiste à un instant T, mais c'est aussi penser.

D'un album à un autre, cet état d'esprit peut changer du tout au tout. Dans le cas de Yuksek, l'artiste dit "ne jamais avoir fait deux fois la même chose." Il assume complètement ses précédents travaux, surtout ceux qui l'ont fait connaître. Mais avec du recul, il s'interroge :

Je n'arrive pas à comprendre dans quel état d'esprit j'étais quand je les ai fait, parce que c'est quand même super vénère !

Quant à la façon de produire, elle est toujours la même : aléatoire, chaotique, diverse, hasardeuse. "Je n'ai pas de processus particulier, je n'ai jamais commencé un morceau deux fois de la même façon".

À chaque fois que je commence un titre c'est page blanche totale. Du coup j'ai l'impression que je ne sais pas comment faire de la musique, parce que je n'ai pas de recette. C'est un peu stressant.


Yuksek feat. Oh Land - "Last Of Our Kinds" 

Mais au final, il arrive toujours à ses fins. Deux albums, une tripotée de remixes, des EPs par-ci par-là, Yuksek c'est de l'abondance. Et il pense une chanson différemment si elle est destinée à un album, un EP ou un single : "Il faut d'abord trouver un son, une couleur."

Et ensuite ? Que fait-on une fois lancé ? Pour Pierre-Alexandre, "il faut savoir casser ses boucles rythmiques qui t'emprisonnent dans une logique redondante." Certes il fait de l'electro, mais pour lui "ce style ne doit pas se limiter à une musique progressive où on enlève puis remet des composants."

Crédit photo : Sylvere Hieulle

La culture de la "chanson" est quelque chose d'important aux yeux de Yuksek. Il pense ses tracks, aussi electro soient-elles, comme des chansons pop ou rock avec, basiquement, des couplets et des refrains. Et ce jusque dans leur finalisation :

J'ai rarement entendu un morceau long de sept, huit minutes ou plus qui valait vraiment le coup. Pour mes morceaux, les clôturer à 3 minutes 30 me parait honnête, sauf s'ils méritent que je les fasse durer plus par un passage vraiment intéressant. Ils sont finis lorsque tu penses que tu es allé au bout de l'idée que tu en avais.

Partyfine : sa nouvelle casquette

À 36 ans, Yuksek a déjà un beau parcours musical. Bien décidé à ne pas s'arrêter en si bon chemin, le musicien s'est récemment reconverti en producteur. Il créait le label Partyfine en avril "pour se libérer des contraintes des maisons de disques" et parce que produire pour Juveniles, The Magician, Birdy Nam Nam, The Bewitched Hands et autres groupes a été une experience passionnelle :

En tant que producteur, je me sens beaucoup plus à l'aise et confiant que lorsque je fais de la musique pour moi-même. Quand je produis quelqu'un d'autre, d'un seul coup, j'ai mon âge, je l'assume, fort de mon experience qui me sert pleinement. Du coup j'ai eu envie de le faire plus souvent.


Preview: Peter (AKA Yuksek) & The Magician - "On My Brain" ft. Sophie Galpin

Mais qu'est-ce que cela veut dire "produire pour quelqu'un d'autre" ? Est-ce que cela signifie que l'artiste s'assoit dans une chaise et attend tranquillement que le producteur lui fournisse la track ? Ou l'inverse, que l'artiste compose tout et que le producteur donne son avis ? "Ça dépend" explique Yuksek, "parfois, lorsqu'il y a de la matière, je n'ai qu'à me poser en tant que mixeur, d'autres fois nous écrivons ou modifions ensemble [avec l'artiste] la chanson de A à Z."

Il poursuit :

C'est une négociation constante dans laquelle le groupe a le dernier mot. Sauf lorsque je suis sûr de moi [sourire].

Mais le plus important pour le producteur Pierre-Alexandre Busson, c'est le feeling avec les personnes avec qui il travaille. Ça prime sur le talent.

Le but est d'arriver à faire quelque chose d'éclectique et d'ouvert. Parce que c'est ça Partyfine, un moyen de faire la fête sur de la musique de qualité.

Comment mieux conclure ?


Partyfine presents Peter & The Magician Exclusive Mix

À voir aussi sur konbini :