Urban Outfitters met en vente un sweatshirt de très mauvais goût

En moins de 24 heures, Urban Outfitters a provoqué l'ire de nombreux Américains. En cause, un sweartshirt sanglant aux références douteuses.

La marque Urban Outfitters a-t-elle perdu la raison ? Si l'on en croit son dernier article mis en vente, la réponse s'avère malheureusement positive. Ces dernières heures, un nouveau produit "sanglant" était disponible dans son catalogue en ligne : il s'agissait d'un sweatshirt "vintage" de l'Université de Kent State (État de l'Ohio) vendu à 129 dollars et repéré par le site américain BuzzFeed.

(Capture d'écran du site Urban Outfitters)

(Capture d'écran du site Urban Outfitters)

Publicité

En commentaire du produit, il était écrit :

Nous n'en avons qu'un ! Alors prenez-le ou vous le regretterez !

Deux fautes de goût derrière un produit a priori ordinaire : tout d'abord les fausses tâches de sang, éparpillées à même le pull. Aussi, l'Université de Kent State est tragiquement connue pour un évènement qui a eu lieu le 4 mai 1970.

Publicité

Le 4 mai 1970, un jour sanglant pour les États-Unis

Ce jour-là, alors que les États-Unis sont toujours en guerre contre le Vietnam, la Garde Nationale n'hésitait pas à tirer sur les étudiants du campus dont certains manifestaient contre l'extension de l'intervention de l'armée américaine, sous les ordres de Richard Nixon depuis 1968, au Cambodge. Une décision validée quelques jours plus tôt, le 30 avril.

Le 1er mai, les étudiants avaient déjà manifesté, appelant à un nouveau rassemblement le 4 mai. Entre temps, les positions du maire de la ville de Kent comme celles des étudiants se radicalisent. Le premier a requis l'intervention de la Garde Nationale après l'incendie d'un bâtiment et les deuxièmes ont vu un des leurs être blessé par une baïonnette.

Comme prévu, la manifestation provoque un face-à-face tendu entre la Garde Nationale et les étudiants. Jusqu'à ce qu'un Sergent, Taylor, décide d'utiliser son pistolet, entraînant une réaction en chaîne de la part des militaires disposés autour de lui. En treize secondes, 63 balles sont tirées.

Publicité

Résultat, quatre morts, neuf blessés. Les jours qui suivent, quatre millions d'étudiants se mobilisent, parvenant à fermer des centaines d'universités et sensibilisant l'opinion publique.

La fusillade de l'Université de Kent en une image (Crédit Image : National Archives and Records Administration)

La fusillade de l'Université de Kent en une image (Crédit Image : National Archives and Records Administration)

"Je suis en pleurs"

Une référence stupide qui a décidé Urban Outfitters à retirer rapidement le sweartshirt de son site, en mettant l'inscription "Sold Out".

Publicité

Sur les réseaux sociaux, les réactions ne se sont pas fait attendre. Un certain Bj Lincoln, étudiant à l'Université de Kent, affirme ainsi :

Je suis en pleurs. Je suis étudiant à l'Université de Kent et c'est complètement dégoûtant ! Tous les jours des étudiants marchent sur des marques dans le sol, là où sont tombés leurs camarades.

Il existe un très beau mémorial où l'on peut s'asseoir et lire les noms de ceux qui sont morts ou de ceux qui ont été bléssés [...]. Ce qu'il s'est passé ce jour-là a affecté le pays tout entier. Ça a changé des gens.

(Crédit Image : Facebook)

(Crédit Image : Facebook)

Quelques heures après l'article de BuzzFeed, un communiqué de l'Université a été diffusé :

Le 4 mai 1970 a été un moment décisif dans l'histoire du pays et notamment pour l'État de Kent. Nous avons perdu quatre étudiants tandis que neuf étaient blessés, et un nombre incalculable a vu leur vie être bouleversée à tout jamais. Nous sommes offensés du fait que quelqu'un puisse tirer profit de notre peine.

À lire : Zara, Marc Jacobs, Petit Bateau… quand les vêtements font polémique

Publié le 15 septembre 2014 à 17h15.

Par Louis Lepron, publié le 15/09/2014

Copié

Pour vous :