En Russie, la mode se met à la propagande

Alors que le conflit entre l'Ukraine et la Russie est toujours d'actualité, malgré plusieurs annonces de cessez-le-feu, deux entreprises ont misé sur le patriotisme russe pour faire du business. Et le pire, c'est que ça marche. 

En visite à Moscou début août, l'acteur américain Mickey Rourke et sa femme arboraient des t-shirts à l'effigie de Poutine.

En visite à Moscou début août, l'acteur américain Mickey Rourke et sa femme arboraient des t-shirts à l'effigie de Poutine.

Deux jeunes entreprises russes, AniaVania et Hearts of Russia, ont fait du patriotisme un accessoire de mode, pour une propagande apparemment très rentable. La première, fondée en 2010 par les stylistes Anna Trifonova et Ivan Erchov sous le nom "33 Tsars", proposait déjà une ligne de t-shirts avec les portraits d'anciens monarques tandis que la seconde, créée en 2012, avait connu un large succès avec sa série "I Love Russia".

Publicité

Poutine, "l'homme le plus courtois"

Ces deux entreprises ont ainsi continué sur leur lancée en profitant de la popularité du président Vladimir Poutine pour créer une ligne de vêtements à son effigie.

En effet, plusieurs de ses portraits s'affichent désormais sur des t-shirts accompagnés de slogans sans équivoque : "L'homme le plus courtois", "Crimée" (avec un président tout sourire en chemise hawaïenne et lunettes de soleil) ou encore "Ils ne nous dépasseront pas", rapporte Courrier International. Interviewée par le journal hebdomadaire, la styliste Anna Trifonova explique la stratégie de sa marque :

Nous voulions creuser cette veine du "pouvoir", et les derniers événements politiques ont confirmé que la conjoncture était bonne pour lancer une nouvelle collection. Un succès aussi fou ne peut venir que de la popularité de notre président.

Publicité

Comme le montre cette vidéo, les personnes n'hésitent pas à faire la queue afin de dénicher un voire plusieurs t-shirts pour quelque 1 200 roubles, soit environ 25 euros. Les vêtements se vendent ainsi comme des petits pains. Et si l'homme fort de la Russie n'a pas répondu aux stylistes pour leur donner son accord, nul doute qu'ils seront largement remerciés plutôt que réprimandés.

Par Anaïs Chatellier, publié le 04/09/2014

Pour vous :