Une campagne anti-Abercrombie qui rhabille les sans-abris

En réponse au scandale d'Abercrombie & Fitch et à la stratégie discriminatoire de son boss Mike Jeffries de ne pas produire au-delà de la taille 38 pour conserver une image de marque sexy (sic), l'américain Greg Karber a lancé lundi une campagne virale visant à donner le plus de fringues de la marque à des sans-abris. Sa vidéo compte aujourd'hui près de 4 millions de vues sur YouTube.

abercrombie

Objectif : Transformer l'énergie négative en un bien social positif

L'affaire avait fait grand bruit. Il y a une semaine, on apprenait que Mike Jeffries refusait de produire des modèles pour femmes au-delà de la taille 38, car sa marque est réservée aux gens "beaux et cools". Scandalisé, Greg Karber décide de contrer la stratégie de la marque à sa façon, comme il l'explique à Mashable :

J'ai été vraiment bouleversé par les commentaires du PDG d'Abercrombie & Fitch, et je voulais faire quelque chose pour transformer cette énergie négative en un bien social positif.

Dans sa vidéo, mise en ligne lundi, Greg Karber encourage les internautes à faire don de leurs vêtements Abercrombie à un sans-abri local, et de partager la B.A. grâce au hashtag dédié "#FitchTheHomeless". À ce jour, le clip récolte près de 4 000 000 de vues sur YouTube. Mais ce succès viral ne fait pas l'unanimité.

Une campagne critiquée : Les sans-abris humiliés ?

Le but du jeune américain est de faire d'Abercrombie la "marque mondiale numéro un de vêtements pour sans-abris".  Pour certains, ces derniers sont considérés comme de simples objets d'une campagne anti-Abercrombie, voire même que "#FitchTheHomeless" est source d'humiliation pour les SDF.

Greg Karber se défend :

Je vois la vidéo comme un moyen de canaliser la colère populaire envers Abercrombie et Fitch vers quelque chose de positif. J'espère que ma vidéo permettra de sensibiliser et de faire parler les gens du problème des SDF. Je suis heureux qu'une discussion sur la représentation médiatique des personnes sans abri ait pu commencer.

Quoi qu'il en soit, le succès de la campagne est bel est bien là.

Par Ombline, publié le 16/05/2013