Une campagne pour une Barbie "grande taille" menée sur le web

Si les mensurations délirantes de Barbie continuent d'influencer quelques femmes - qui parfois se calquent à l'extrême sur le physique de la poupée - la plupart pensent au contraire que prendre quelques kilos ne lui ferait pas de mal. Et l'archétype de la blonde étant bien loin de celui de la population actuelle, le site plus-size-modeling.com propose donc de la remplumer.

barbie

Depuis que la célèbre poupée de Mattel est apparue dans les années 50, beaucoup de femmes - et d'hommes - associent la plastique parfaite à celle de Barbie. Et ce, bien que des scientifiques aient démontré que les mensurations de la blonde étaient inhumaines à de nombreuses reprises.  Dans une société qui compte de plus en plus de personnes en surpoids, via sa page Facebook, le site Plus Size Modeling a demandé aux internautes leur avis concernant la création d'une Barbie grande taille.

Publicité

Sous forme de sondage, les internautes sont invités, image à l'appui, à "liker" s'ils sont d'accord avec l'idée et à commenter s'ils sont contre afin d'expliquer pourquoi. La Barbie "plus size" utilisée pour la campagne est l'oeuvre de l'illustrateur Bakalia qui a remporté grâce à elle un concours organisé par Worth1000.com il y a deux ans.

Apologie de l'obésité ou véritable dénonciation ?

En réutilisant cette illustration qui casse les codes imposés par la poupée Barbie depuis tant d'années, le site Plus Size Modeling, qui représente des mannequins enrobés, tente de rouvrir une énième fois le débat autour des standards de beauté féminins et la place des femmes rondes dans la société. Postée le 18 décembre, la photo a récolté plus de 41 000 likes à l'heure où nous rédigeons cet article.

Une chose est certaine : les commentaires sont assez partagés. Si certains parlent d'apologie de l'obésité - et notamment du double-menton de la poupée, d'autres, au contraire, saluent cette initiative qui vise à bousculer les mentalités. Un débat miroir qui peut également s'étendre au monde de la mode qui véhicule une image de la femme bien trop souvent irréelle, et pointé du doigt à de nombreuses reprises.

Publicité

Depuis quelques temps, il faut souligner que les modèles aux mensurations "plus size" ne se font plus si rares. Il y a quelques mois, des mannequins lingerie taille 42 faisaient leur apparition sur le net et même le géant suédois H&M, souvent pointé du doigt pour l’utilisation de mannequins taille 36, faisait appel à Jennie Runk (taille 40) pour sa collection de maillot de bain l'été dernier. Plus récemment, c'est le centre commercial britannique Debenhams qui avait décidé d'opter pour des mannequins vitrine bien loin d'être filiforme afin de se rapprocher au maximum des corps féminins actuels.

Bien que cette campagne permette une nouvelle fois de questionner les standards de beauté actuels, pas sûr pour autant que Mattel soit d'accord pour changer ses moules.

Par Constance Bloch, publié le 30/12/2013

Copié

Pour vous :