©Zozo

featuredImage

Zozo, la marque japonaise de sur-mesure qui révolutionne le monde de la mode

À l’instar de sa combinaison équipée d’une centaine de capteurs, Zozo propose des vêtements sur-mesure qui s’adaptent à toutes les corpulences.

 

La combinaison de la marque Zozo, qui permet de prendre les mesures de son porteur.

© Zozo

Créer une marque de vêtements aujourd'hui est un véritable challenge, car la concurrence est rude. Pour tirer leur épingle du jeu, les marques doivent captiver le regard du consommateur, soit grâce à un design unique et authentique, soit grâce à l’ingéniosité du vêtement et de sa production. C’est sur ce dernier point que la marque japonaise Zozo a décidé de tout miser.

Zozo, c’est l’idée de Yusaku Maezawa, 43 ans, fondateur de Start Today, leader de l'e-commerce au Japon avec sa plateforme Zozotown. Il serait d’ailleurs la 18e fortune du pays en 2018 selon Forbes. Il a fait part à Masahiro Ito, le directeur de l’ingénierie au sein de son entreprise, de son envie de développer une marque de vêtements sur-mesure, qui s’appuierait sur les nouvelles technologies.

En septembre dernier, Zozo – qui signifie "création et imagination" en japonais – était ainsi lancée simultanément dans 72 pays, avec pour objectif principal de bouleverser l’expérience du shopping en ligne, tout en facilitant l’achat pour les personnes qui ne peuvent pas s’habiller dans des tailles "standards".

Zozo, des vêtements pour toutes les silhouettes

Dans l’univers de Zozo, les tailles sont obsolètes et laissent place aux vêtements sur-mesure, ajustés aux mensurations et à la morphologie de chacun. Zozo s’autoproclame première marque mondiale à "éliminer les standards de tailles en s’adaptant personnellement à l’individualité de chacun de ses clients".

Pour cela, la marque a créé sa propre combinaison connectée en avril dernier, dénommée la Zozosuit. Cette combinaison noire, qui moule de la tête aux pieds, est dotée d’une multitude de pastilles blanches, qui permettent de prendre les mesures corporelles de la personne qui la porte grâce à 350 capteurs.

Gratuite, cette combinaison se commande sur le site de la marque. Par ailleurs, lors du lancement de cette dernière, plus d’un million de Japonais se la seraient procurée en moins de 24 heures, vient préciser Masahiro Ito. L’allure de la combinaison, très peu avantageuse, a tout de même rendu le hashtag #zozosuit totalement viral sur l’archipel.

On a testé pour vous

Curieux, on a testé le Zozosuit afin de nous forger notre propre opinion. Effectivement, la combinaison ne nous met pas à notre avantage : on vous conseille de faire l’essayage seul·e afin de ne pas miner votre crédibilité. Moulé de la tête aux pieds, on ouvre l’application Zozo, disponible sur Androïd et iOS. Après avoir renseigné quelques coordonnées, on entame le processus.

On obéit ensuite docilement. Pendant quelques minutes, il faut tourner sur soi-même pour permettre à l’application de prendre douze photos grâce à son scan 3D et de déterminer nos mensurations pour la conception du vêtement. Une microseconde d’inattention nous a valu un départ à zéro. On reprend. N’ayez crainte, l’exercice, aussi ridicule soit-il, ne dure que trois minutes.

Une fois que l’on a fini, l’appli nous fournit notre scanner, nécessaire pour poursuivre la commande. Grâce à un algorithme, la marque choisit alors le vêtement (jean, chemise ou T-shirt) jugé idéal pour nous. Pour un seul modèle de pantalon, il existe par exemple près de 200 000 patrons différents.

Il ne reste ensuite plus qu’à choisir la coupe et certaines finitions, selon nos préférences. Quelques semaines plus tard, nous recevons notre paquet. Et en effet, le résultat est là : tout nous tombe à merveille et on remarque immédiatement que les coupes ont été spécialement pensées pour notre silhouette.

Une première collection basique et abordable

Zozo ne se qualifie pas comme une marque tendance, mais souhaite s’inscrire dans la durée. Pour cela, sa collection se compose principalement de basiques et comporte des jeans, des chemises, des sweats et des T-shirts à manches courtes et à manches longues. Le tout dans des coloris simples que sont le noir, le gris et le blanc. Il est également possible d’opter pour un motif rayé.

Concernant les prix, ils restent très abordables. Ceux des T-shirts varient entre 22 et 29 euros, les jeans sont à 59 euros tandis que les pulls et chemises s’élèvent à 49 euros. Pour des basiques de qualité et sur-mesure, cela reste très raisonnable. Il sera également possible de faire son costume via l’appli pour la somme 350 euros dès cette année !

Avec ces prix et cette qualité, Zozo espère incarner le renouveau de la fast fashion en ligne. Plus tard, la marque souhaite se pencher vers une production plus durable et écologique, comme nous l’a confié l’équipe. Un point crucial pour la mode actuelle. Car si les bureaux sont situés à Los Angeles et à Berlin, les jeans sont, pour le moment, produits en Chine…

Une chose est sûre, Zozo restera dans la production de basiques mais développera des produits tels que des robes, des cardigans, des manteaux et autres vêtements outwear dès 2019, comme nous l’a également révélé l’équipe. Et pourquoi ne pas se pencher vers la conception de chaussures ?

Une approche encourageante pour l’avenir de la mode

La marque, qui espère s’imposer en Europe et aux États-Unis, annonce une nouvelle ère pour la mode. Un univers dans lequel ce sont les vêtements qui s’adaptent aux personnes, et non l’inverse. Une initiative particulièrement encourageante dans une société où les diktats sont encore bien trop présents. Le style n’empêche pas le confort, comme le prouve Zozo avec ses basiques intemporels.

Avec son souhait de dépoussiérer les codes de l’industrie du textile, Zozo prône des valeurs d’acceptation de soi et de mixité qui manquent cruellement au monde de la mode. Ses technologies high-tech remettront peut-être un jour en considération le métier de tailleur, mais Zozo a encore un long chemin à parcourir.

Alors, la marque est-elle révolutionnaire ou est-elle juste une lubie de milliardaire ? La question peut effectivement être posée, mais dans notre cas, nous avons été plutôt convaincus par ces vêtements qui s’adaptent à tous. Affaire à suivre…

Par Manon Baeza, publié le 10/01/2019