AccueilLifestyle

Vidéo : ce ninja de 70 ans explique le "Naruto run" dans la vraie vie, et c’est parfait

Publié le

par Hong-Kyung Kang

Le dernier ninja vivant du Japon a fait une démonstration du vrai "Naruto run". En revanche, pas de boule de feu…

Les ninjas sont devenus des êtres ayant échappé au simple cadre de l’Histoire, et peuplent un imaginaire collectif de récits d’aventure. Pourtant, ces guerriers de mythes et de légendes ont bel et bien existé. Le média Asian Boss est allé à la rencontre de Kawakami Jinichi, le dernier ninja authentique du Japon. Au programme de ces reportages : shurikens, techniques d’infiltration ancestrales et "Naruto run".

Des kunais, des shurikens… et le "Naruto run"

Dans ces reportages qui lui sont dédiés, le maître ninja explique qu’il est le dernier à suivre la tradition du ninjutsu, transmise depuis l’époque d’Edo. Le septuagénaire fait une démonstration de mudras (signes de la main qui portent une fonction spirituelle), puis exhibe son arsenal composé d’armes traditionnelles, telles que des kunais ou des shurikens. Kawakami Jinichi reproduit même une technique de haut niveau : se déboîter volontairement l’épaule.

Le shinobi a également réagi à des extraits de Naruto, en commentant le réalisme de l’anime et du manga. Les fans seront peut-être déçus : les ninjas ne lançaient que très rarement leurs shurikens, qui étaient des armes encombrantes et assez inefficaces. Cependant, Kawakami Jinichi a relevé un détail intéressant : le fameux "Naruto run", terme qui désigne la technique de course des personnages du manga qui sprintent le buste penché en avant et les bras balancés en arrière, n’est pas aussi farfelu qu’il en a l’air.

En effet, le septuagénaire explique que les ninjas prenaient soin de bloquer la partie supérieure de leur corps pendant leur course, afin de moins se fatiguer et suivre un mouvement plus fluide. Le maître ninja fait même une démonstration en direct du véritable "Naruto run". En revanche, Kawakami Jinichi n’explique pas comment cracher des boules de feu, sûrement par secret professionnel. 

À voir aussi sur konbini :