This is Eric Koston – Crédit Photo DSL Mag

Vidéo : Eric Koston en vrai avec Desillusion Magazine

Avec ses "This Is", le magazine Desillusion se penche sur les grandes personnalités des sports de glisse. Le dernier épisode porte sur le skater Eric Koston.

Eric Koston

This is Eric Koston - Crédit Photo DSL Mag

Eric Koston a 38 ans, plus d'un quart de siècle de skate dans les jambes pour une réputation qui n'est plus à faire. Les titres, les signatures pro et les vidéos sont là pour nous rappeler qu'ils sont bien peu à pouvoir surpasser le palmarès du Californien.

Publicité

Mais plus qu'une figure figée sur un poster jauni, Koston continue d'avancer, ou du moins il fait le voeu pieux de le faire. Entrepreneur, propriétaire d'un skatepark du côté de la Cité des Anges avec son ami Steve Berra "The Berrics", il a toujours pour dessein de faire grandir sa discipline. Pour que les cadors de la planche à roulette accèdent à une aura comparable à celle de Michael Jordan.

Alors qu'il pourrait se contenter d'être une légende paresseuse, le skater se place dans la lignée des dignes innovateurs du sport contemporain.

Eric Koston, l'innovateur

Crédit Photo Attiba Jefferson

Publicité

Et c'est à cette facette de sa personne que le magazine Desillusion a décidé de consacrer une série de vidéos où hyper-stylisé. Mise à part une réalisation impeccable, la vidéo co-produite par Nike SB, sponsor du sportif, se penche plus sur l'homme que sur ses tricks.

Une dizaine de minutes pour que Koston parle de lui, de son parcours, de son addiction au skateboard pour finalement conclure que sa planche est comme "une extension de son corps". Et quand il évoque son âge et son incapacité prochaine à pouvoir faire ce qu'il faut au niveau où il le désire, on finit par se dire qu'en plus d'être un grand sportif, Koston est avant tout un sacré bonhomme et un sage.

Publicité

N.B : En plus d'avoir fait une jolie vidéo sur Eric Koston, c'est une série qu'a mis sur pied Desillusion Magazine avec ses "This Is". Alex Knost, Ozzie Wright, et Andrew Reynolds y passent pour les mêmes moments d'intimité. Quand Andrew Reynolds vient à parler de son addiction destructrice à la boisson et aux drogues en tout genre, on écoute.

On vous conseille également : 

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 28/05/2013

Copié

Pour vous :