(© Laurent Philippe)

Trois bonnes raisons de se rendre au Lieu unique à Nantes

Au programme : de l'éclectisme et un anniversaire, le tout dans un lieu atypique.

Spectacles, danse, concerts, conférences, festivals, expositions mais aussi espaces de détente avec le hammam et le bar, le Lieu unique a retenu notre attention et on vous explique pourquoi en trois points.

Il a investi l’ancienne biscuiterie LU

Nantes est connu pour être l’ancien fief de la biscuiterie Lefèvre-Utile et de ses emblématiques Petits Beurres. S’ils ont quitté Nantes il y a plus de trente ans, l’ancienne usine qui produisait notamment les anciennes fameuses Pailles d’Or a été réinvestie et réhabilitée en lieu culturel : le Lieu unique. 

Publicité

C’est cette histoire singulière qui a donné naissance aux initiales du Lieu unique, en hommage à la fameuse biscuiterie. Outre les initiales, les armatures métalliques, propres aux constructions industrielles de cette époque, ont également été conservées. 

Une des deux tours LU est également toujours debout. Elle se dresse en phare culturel nantais et sera prochainement accessible aux visiteurs.

"Tout au long de l’année, le Lieu unique, centre de culture contemporaine de Nantes, dresse ainsi symboliquement sa tour LU en observatoire du monde", comme l’explique Patrick Gyger, directeur du Lieu unique.

Publicité

Une programmation musicale pointue

Si le Lieu unique propose une très belle programmation théâtrale, la musique n’est pas en reste. Des concerts sont proposés tout au long de l’année, du jazz à l’électro en passant par la performance de bande originale : Arnaud Rebotini est par exemple venu exécuter en direct la BO de 120 Battements par minute et Michael Riesman celle de Dracula

Des festivals viennent également jalonner la programmation annuelle du Lieu unique. On retiendra notamment la programmation éclectique du festival Au milieu du monde qui a pour objectif de mettre en lumière les nouveaux musiciens, compositeurs, labels et acteurs de tous les horizons musicaux. Sur trois week-ends, le Lieu unique confiera donc trois cartes blanches à des labels et festivals. 

Le samedi 25 janvier, le LU a accueilli le label de musique indépendant Erased Tapes qui a choisi d’inviter le collectif Penguin cafe et le pianiste ukrainien Lubomyr Melnyk.

Publicité

Les prochains rendez-vous sont fixés au 28 et 29 février à l’occasion de La Route du Rock et aux 24 et 25 avril prochains, où une carte blanche sera confiée au CTM Berlin.

Le temps d'un week-end, le LU se mettra aux couleurs de ce festival international de musiques électroniques et expérimentales, avec l'actrice américaine Holly Herdnon en tête d’affiche. Pour la première fois en France, elle viendra livrer une expérience performative très conceptuelle, mêlant intelligence artificielle et chant. 

Publicité

Un anniversaire à fêter

En 2019, nous avons fêté le centenaire de la naissance de Merce Cunningham, un chorégraphe hors-norme qui a révolutionné la danse. Auteur de plus de 180 pièces, il a mis en danse les gestes du quotidien en les dissociant de la musique. Avec Cunningham, les danseurs découvraient la musique du ballet qu’ils s’apprêtaient à interpréter lors de la première représentation. Il a également mis le hasard au cœur de son processus de création et se servait par exemple de dés pour décider de l’enchaînement des mouvements de ses chorégraphies.

C’est pour célébrer cet anniversaire que le Lieu unique accueillera le ballet de Lorraine pour une soirée spéciale le 25 février 2020. Les danseurs interpréteront For Four Walls, une pièce pour piano composée en 1944 par John Cage, le compagnon de Cunningham, qui a été perdue. Le ballet de Lorraine a donc décidé de s’en emparer pour célébrer le chorégraphe de génie et performera sur la scène de La Cité des congrès de Nantes.

Pour clôturer la soirée, le ballet exécutera Jour de colère, la nouvelle pièce d’Olivia Grandville, chorégraphe associée.

Par Manon Marcillat, publié le 13/02/2020