AccueilLifestyle

Tokyo Revengers : la folle histoire des bosozokus, voyous qui ont inspiré le manga culte

Publié le

par Hong-Kyung Kang

Des voyous comme Mikey ont réellement existé dans les années 80. Et comme dans le manga, ils vivaient des aventures improbables.

Les histoires de gangsters et de mafia passionneront toujours. Parmi les organisations criminelles qui suscitent la fascination des foules, les yakuzas du pays du Soleil-Levant jouissent d’une grande notoriété à travers le monde. Les hommes à l’auriculaire sectionné ne sont cependant pas les seuls hors-la-loi du Japon. Il existe un groupe de voyous nippons qui a connu ses heures de gloire dans les années 1980 : les bosozokus, des bandes de motards adolescents qui régnaient sur les rues de Tokyo.

Le manga Tokyo Revengers, qui a commencé à être prépublié en 2017, et dont l’adaptation en série animée a vu le jour cette année, propose au lecteur de s’immerger dans cet univers tokyoïte méconnu en occident. Dans son œuvre, l’auteur Ken Wakui raconte les péripéties du Tokyo Manjikai, un gang de jeunes motards collégiens qui sévit dans les rues de la capitale nippone.

Mikey, leader du Tokyo Manjikai dans "Tokyo Revengers".

Ken Wakui a lui-même baigné dans ce milieu marqué par les grognements des moteurs, et fréquenté ces jeunes délinquants chevauchant avec fierté leurs deux-roues customisés. Le manga dessine une fresque de la vie des bosozokus, avec un regard nostalgique, et si ces voyous ont quasiment disparu aujourd’hui, ils restent dans l’imaginaire populaire comme une source d’inspiration de nombreux récits.

En bande organisée

Les premiers gangs de motards japonais sont apparus dans les années 1950, dans le sillage des Hells Angels américains, qui ont fortement influencé les voyous nippons. Les bosozokus suivent un fonctionnement assez similaire à celui de leurs homologues d’outre-Pacifique, notamment dans leur façon de remanier leurs motos.

Le bosozoku n’a généralement pas encore atteint la vingtaine, et est souvent issu d’un milieu plutôt populaire. Sa tenue le rend clairement identifiable, et il arbore fièrement sa longue veste et son uniforme qui attestent de sa loyauté envers sa bande.

"Le Tokyo Manjikai est là, bande de crétins !"

La moto du bosozoku ne ressemble à aucun autre deux-roues. Les jeunes voyous aiment customiser leur véhicule afin de le rendre le plus ostentatoire possible, en ajoutant notamment un dossier excessivement grand au siège. Le conducteur resserre son guidon afin de mieux slalomer entre les voitures de police, et le moteur est trafiqué de sorte que son grognement se fasse le plus pétaradant possible.

Les gangs de jeunes motards suivent une organisation clanique très hiérarchisée. Un leader, appelé sentōsha, dirige toute la bande, en compagnie de ses capitaines à la tête des différentes divisions. Les bosozokus entretiennent une relation presque familiale entre eux : ils jurent fidélité avec leurs pairs, et respectent leurs aînés.

Photo prise lors de la création du gang Tokyo Manjikai dans "Tokyo Revengers".

Les rois de la ville

Les bosozokus ne sont pas tant des vrais malfrats que des adolescents en recherche de sensations fortes. Ils sillonnent ensemble les rues de leur ville, grillent des feux tricolores, klaxonnent et narguent la police, qui se révèle souvent incapable de les attraper. Perchés sur leurs motos retapées, ils se livrent des courses folles en agitant le drapeau du Soleil-Levant.

Les jeunes recrues qui espèrent rejoindre les rangs de ces gangs de motards doivent faire leurs preuves, et montrer leur intrépidité. Ce n’est qu’après avoir prouvé leur valeur et leur maîtrise du deux-roues qu’elles peuvent jurer loyauté et respect à leur nouvelle famille.

Si les bosozokus restent des adolescents envieux de se rebeller contre une société dont ils se sentent étrangers, leur mode de vie est parfois marqué d'une violence effarante. Dans un documentaire réalisé par Vice, un ancien capitaine motard raconte la fois où un de ses aînés a été capturé par un gang adversaire. Le malheureux a été attaché à une voiture par les chevilles, avant de se faire traîner sur des centaines de mètres, puis exécuté.

Une contre-culture qui perdure dans l’imaginaire collectif

Les années 1990 et 2000 marquent le déclin de la contre-culture des bosozokus. La police nippone se montre de plus en plus impitoyable avec les jeunes voyous à moto, en les punissant à chaque délit. Les autorités japonaises décrètent des lois afin d’empêcher que ces gangs naissent et perdurent, signant ainsi la fin d’une ère de la délinquance du pays du Soleil-Levant.

Aujourd’hui, les bosozokus ont quasiment disparu, et ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils étaient autrefois. Ils restent cependant notoires dans la culture populaire et la fiction. Par exemple, le personnage principal du manga GTO, Eikichi Onizuka, se révèle être un ancien voyou motard.

Onizuka.

Tokyo Revengers rend compte avec précision du mode de vie de ces voyous d’antan, en présentant leurs moments de camaraderie, mais également les instants de violence crue. Si les bosozokus ont disparu, ils continuent d’inspirer la culture populaire, et peuplent des récits qui fascinent toujours le public. 

À voir aussi sur konbini :