Photo : Skarbakka expérimente la chute

Kerry Skarbakka aime flirter avec le vertige. Il tombe de haut. Et nous aussi !

Skarbakka n'est pas un cri de guerre mais le nom de celui qui aimait chuter aka Kerry Skarbakka, le tombeur de... lui-même. Dans une série d'autoportraits qu'il a baptisée Struggle to Right Oneself, le photographe épie la chute. Il la cherche ou la provoque dans un mouvement perpétuel.

Publicité

Skarbakka : la chute en avant

Publicité

Kerry Skarbakka s'est inspiré de la chute. Bon, ça on l'avait deviné. Ce qu'il convient de préciser en revanche, c'est que son intention était tout aussi visuelle que philosophique et c'est chez Martin Heidegger qu'il est allé chercher son inspiration.

En effet, chez Heidegger, "l'existence" concerne les choses en mouvement. A la différence de la simple "présence" qui elle, concerne les choses inertes.  Pour le philosophe,  l'homme est un "être -jeté" au monde, soumis aux angoisses d'un environnement perpétuellement changeant.  De sorte que son expérience de la vie est une fuite en avant, une chute de soi.

Publicité

L'homme comme une pierre qui roule, coincé entre le besoin de contrôler et le risque à tous moments, de tomber.

Publicité

Si vous vous posiez des questions, Kerry Skarbakka est aussi photographe que cascadeur. Ses positions les plus délicates ont été réalisées en utilisant un matériel d'escalade.

Crédits images : skarbakka.com

Par Afifia B, publié le 14/01/2013

Copié

Pour vous :