Santé : le sperme c'est goodant !

Chez certaines espèces animales, on trouve des femelles suceuses de sperme. Le cas du calmar est surprenant de révélations et en dit long sur les bienfaits de la dégustation de sperme.

Publicité

Une étude parue récemment dans le journal scientifique Biology Letters révèle que chez certaines espèces, la femelle ingurgite le sperme du mâle après l'accouplement. Hormis le dauphin qui est le seul animal à se reproduire par plaisir, l'acte sexuel se limitait jusque-là pour les autres animaux à la stricte reproduction. Mais ce que cette étude met en lumière, c'est que certaines femelles consomment le sperme du mâle pour ses vertus nutritives, ce qui constitue une nouvelle dimension de leur mode de reproduction.

Si cette pratique concerne surtout certaines espèces animales, les humains ne sont pas exclus de l'étude. C'est la dame qui va être contente !

Le sperme c'est goodant !

Publicité

Le sperme et ses vertus nutritives ! Ce n'est pas la première fois que la question est évoquée. Columbia Health avait déjà mené son enquête révélant que le sperme contenait une foule d'ingrédients tels que :

  • eau;
  • vitamine C;

Publicité

  • acide citrique;
  • zinc;
  • protéines, etc.

Publicité

La liste serait longue mais à titre de comparaison, le contenu du sperme est très proche des boissons énergétiques que l'on trouve dans le commerce et que les sportifs consomment en grande quantité. Le sperme c'est la force ?

L'an dernier, une étude menée par le professeur Ingrid Fleischer de l'université de Hambourg en Allemagne révélait que :

Les femmes pratiquant la fellation et qui avalent le sperme de leurs compagnons réussissent à maigrir jusqu'à deux fois plus vite que les autres

Ouais. Bon. Toujours rester vigilant face à une étude de ce type ! Non parce que clairement, la conclusion de cette étude-là c'est que si sucer n'est peut-être pas tromper, sucer ce serait surtout maigrir et quand on connait les effets parfois exubérants des dictats de la beauté, il serait dommage que pour maigrir, certaines se mettent à avaler des couleuvres !

Calmars femelles : suceuses de sperme

Mais ce qui a intéressé Benjamin Weneger, doctorant à l'école de sciences biologiques de l'Université Monash à travers son étude, ce sont moins les qualités du sperme que sa fonction dans l'accouplement.

Parmi les espèces connues pour boire le sperme des mâles post-coïtum, on trouve les mouches à viande, la sangsue, la limace de mer et le céphalopode Sepiadarium austrinum notamment. C'est l'exemple de la pieuvre Sepiadarium austrinum (communément appelée "calmar") qui a fait l'objet de toutes les attentions scientifiques.

Avant de poursuivre, il serait peut-être pas mal de zieuter ces 58 secondes de copulation entre calmars. On regarde et on poursuit :

Comme vous avez pu le remarquer, la reproduction passe par la cavité buccale de la femelle. C'est à l'intérieur de cette cavité que le mâle y dépose ses capsules de sperme qui peuvent y demeurer pendant une vingtaine de jours. La femelle peut ainsi garder en bouche les capsules de sperme de plusieurs mâles.

Celles qui sont de bonne qualité serviront à la fécondation. Le sperme de moins bonne qualité ne sera pas choisi par le calmar femelle pour se reproduire mais elle l'ingurgitera pour ne rien perdre de ses vertus nutritives. Tout est bon aussi dans le sperme !

Et le mâle dans tout ça ?

Si chez les humains, avaler le sperme peut nourrir certains fantasmes, le mâle calmar n'apprécie guère de voir sa semence ainsi gaspillée. Selon le chercheur Benjamin Weneger :

La consommation de sperme par les femelles représente un coût reproductif systématique pour les calmars mâles car toutes les femelles étudiées la pratiquent

Le calmar mâle a donc recours à différents stratagèmes pour ne pas se faire sucer sa substance. Il va donc essayer de minimiser ses pertes substantielles en déposant son sperme dans un endroit peu accessible de la cavité buccale de la femelle.

Mais cette dernière, loin d'être dupe ne se laisse pas faire ce qui peut rendre parfois l'accouplement violent. L'autre voie de recours du mâle est d'opter pour une reproduction proche du moment de ponte de la femelle. Ainsi, elle a autre chose à faire que la dégustation de mises en bouche.

Si cette étude sur les comportements sexuels des calmars peut paraître anecdotique, elle en dit long sur la pratique d'ingurgitation de sperme dont la fonction serait multiple. Non seulement se nourrir de sperme stimulerait l'ovulation mais cela encouragerait la femelle à pondre plus tôt tout en abaissant ses besoins d'accouplement. "Chéri pas ce soir, j'ai bu trop de sperme !".

Bref, si les résultats de cette étude ont eu un certain écho, ils ne sont que le début d'une longue enquête qui se poursuit. Mais une chose est sûre : les qualités nutritives du sperme sont bel et bien réelles !

Sources : Slate / Insolite.ca

Par Afifia B, publié le 19/06/2013

Copié

Pour vous :