Sandy Kim : la photographe de l'autre côté du miroir

Sandy Kim shoote l'envers des décors et des corps humains Son univers est tel un parpaing de réalité sur la face de la bienséance. La désinvolture en bandoulière. 

Avant de te présenter l'univers de Sandy Kim, une question : la photographie, ça t'évoque quoi ? Est-ce le goût pour "les belles choses"? Tu es plutôt portraits ou paysages ? Et puis tu cherches quoi dans une image ? Tiens, c'est vrai. Qu'est-ce qu'on cherche en regardant une photo ? Ouvre la porte de Sandy Kim et tu sauras.

Sandy Kim : profession, oeil de boeuf

On se demande souvent quelle fut l'intention de l'artiste au moment de la réalisation de son oeuvre mais il est parfois plus intéressant de se demander ce que nous, nous cherchons lorsque nous contemplons une oeuvre. A cette question, certains soutiennent que l'on cherche la même chose que face à n'importe quelle oeuvre d'art: ce qui n'est pas exprimé dans l'opacité de nos vies quotidiennes.

Publicité

Et j'entends poindre l'ire:

Ouais 'l'opacité de nos vies quotidiennes', c'est quoi ce slogan ? C'est quoi exactement ce truc (et m'embrouille pas hein) ?

L'opacité de la vie quotidienne, pour l'exprimer dans une image, c'est comme si les impératifs de notre quotidien étaient un train (train) si ancré qu'ils en venaient à camoufler la vue du paysage. Tandis que nous courrons vers nos courses - le serpent qui se mord la queue-, nous ne prenons pas toujours le temps de nous arrêter ne serait-ce que pour observer l'environnement, avoir une idée du sens de la course. Car rien ne vaut courir contre la montre quand on peut courir avec son rythme-à-soi qui, dans cette frénétique société s'avère lui, humainement essentiel.

Publicité

Nous surfons donc constamment sur deux versants de la vie : l'existence extérieure (sociale) et l'existence intérieure (l'intime). Si tu pars du postulat que dans la vie il y a la tournée (le visible) et les backstages (l'invisible), on peut dire que Sandy Kim ne nous interdit aucune pièce.

Car son oeuvre nous emmène de "l'autre côté", ses shoots sont des captures spatio-émotionnelles. Elle met à la lumière ces parts d'ombre que nous habituellement bien enfoncées dans nos poches. Si donc les oeuvres sont un langage, celle de Sandy Kim parle de et à l'intime. Et puis l'intime, c'est comme les clopes sans filtres : ça a beau faire tousser, on inspire quand même.

Sandy Kim aime les filles sans chichis.

Publicité

L'intime c'est quoi ? L'amoncellement de nos restes...

Publicité

Mais surtout, nos êtres cohabitent dans deux espaces distingués. L'homme est une double face.

Mais Sandy Kim aime aussi les vitrines. Son art est d'ailleurs une vitrine de vitrines de vitrines et son objectif, un oeil de boeuf sans fond.

Dans nos maisons, les frigos poétisent nos fringales...

Pour se nourrir, l'homme rayonne l'existence.

Malheureusement, l'homme n'a pas contrôle sur tout et Sandy se passionne pour ses dérives...

Par conséquent, si on ne sait pas ce que l'on chercher sur les images de Sandy Kim, on l'apprend en les regardant : l'éveil de nos quotidiens ensommeillés.

Bref, chez cette photographe des secrètes sécrétions, rien ne se perd, tout se (re)-créé. La vie quoi.

 

 

Source : Vice x Sandy Kim x Lovebryan

Crédits images : Sandy Kim Lovebryan

Par Afifia B, publié le 13/09/2013

Copié

Pour vous :