AccueilLifestyle

Pourquoi on préfère les personnages secondaires au héros dans les mangas

Publié le

par Hong-Kyung Kang

Vous aussi vous préférez Sasuke à Naruto ? On essaie de comprendre pourquoi.

Chaque génération a ses mangas favoris. Que ce soit Dragon Ball, JoJo’s Bizarre Adventure, One Piece, Naruto ou encore Demon Slayer et Jujutsu Kaisen, les histoires racontées dans les shōnens bercent l’imaginaire collectif, et deviennent des références identifiées et partagées par une majorité enthousiaste. Toutes les meilleures histoires sont portées par des personnages exceptionnels : le public est toujours inspiré par des héros qui partent à l’aventure et surmontent les différentes épreuves pour atteindre leurs objectifs.

Mais, curieusement, dans les sondages de popularité, les personnages secondaires ont souvent plus la cote que le protagoniste. Ainsi, les fans de Vegeta semblent plus nombreux que ceux de Goku, et la popularité de Kakashi dépasse celle de Naruto. S’identifier à un personnage ne supposerait donc pas qu’il devienne le préféré.

Vegeta et Goku.

Une distance qui force l’admiration

Pour revenir à Naruto, il est assez paradoxal que la majorité du public préfère Kakashi, Sasuke ou Itachi à l’intrépide ninja blond, alors même que le manga s’intitule bien Naruto. Pourtant, une grande partie du charme de l’œuvre de Kishimoto se construit à travers le personnage de Naruto : parti de rien et rejeté de tous, le jeune shinobi prouve sa valeur aux yeux du monde en surmontant les différentes épreuves qui se présentent à lui.

Le personnage fait particulièrement écho auprès du public, et notamment des adolescents, qui sont la cible privilégiée des shōnens. Ces derniers se reconnaissent dans la figure de Naruto, et sont inspirés par son optimisme à toute épreuve et sa capacité à se rapprocher de son rêve.

Voilà le paradoxe : le ninja blond paraît en fait trop proche du public. Le spectateur lambda ne veut pas devenir comme Naruto parce que, dans un sens, il lui ressemble déjà sur beaucoup de points. La proximité entre le lecteur et le personnage est trop forte, et ne laisse pas la place à l’admiration béate. Ainsi, l’essence même du protagoniste, qui est celle d’un héros amical et dans lequel chacun peut se reconnaître, ne lui permet pas de devenir la figure fantasmée de la perfection.

Itachi.

Ce rôle échoit plutôt au génie, soldat impitoyable et leader charismatique qu’est Kakashi, au prodige exceptionnel et philosophe qu’est Itachi, ou au beau garçon ténébreux qu’est Sasuke. Ce sont trois personnages qui apparaissent trop parfaits pour le spectateur lambda, et qui réussissent à conquérir les cœurs par leur côté inaccessible.

Le ying et le yang

Ainsi, par exemple, dans Hunter x Hunter, plus que la figure solaire qu’est Gon, c’est Kirua, l’enfant assassin torturé, qui devient le petit préféré des lecteurs. Cependant, ce n’est pas pour autant que les personnages de Gon ou de Naruto ne présentent aucun intérêt. Si Sasuke ou Kirua sont aussi pertinents dans la trame narrative de leurs œuvres et ont une telle popularité auprès du public, c’est précisément grâce à leur dichotomie avec les protagonistes, à laquelle le lecteur peut s’identifier.

La personnalité torturée et instable de Kirua devient d’autant plus touchante lorsqu’elle est mise en parallèle avec le caractère ensoleillé et optimiste de Gon. Le contraste entre ces deux identités opposées crée une alchimie subtile qui construit tout le charme de Hunter x Hunter. C’est en se côtoyant, en se confrontant et en s’enrichissant mutuellement que les deux protagonistes évoluent.

Kirua et Gon.

Évidemment, cette dichotomie s’applique au duo formé par Naruto par Sasuke. Les deux rivaux représentent les deux faces d’une même pièce : ce sont deux personnages blessés par la vie qui ont décidé d’affronter les épreuves différemment. La confrontation des deux personnalités donne du relief à chacun des deux protagonistes. Les personnages adulés du public tels que Sasuke ne pourraient donc pas jouir d’une telle popularité s’ils n’étaient pas présentés en opposition au protagoniste auquel le lecteur peut s’identifier.

Une nouvelle caractérisation du héros

Certains protagonistes dérogent cependant à cette règle. À première vue, Tanjiro de Demon Slayer remplit les critères du personnage principal, par sa droiture et sa volonté à toute épreuve. Pourtant, le jeune pourfendeur de démon ne se présente pas comme une figure à laquelle le spectateur peut facilement s’identifier. Sa gentillesse presque excessive et sa personnalité sans aspérité posent une distance entre lui et le lecteur lambda.

Tanjiro.

Il n’empêche que Tanjiro reste un des personnages les plus appréciés de son manga, et obtient souvent la première place de popularité lors des sondages. La gentillesse de l’épéiste dessine un contraste intéressant avec l’univers sombre dans lequel il évolue, et donne ainsi du relief à l’histoire tout en mettant en valeur les autres protagonistes.

La pertinence d’un héros se bâtit dans la relation qu’il nourrit avec son univers et les autres personnages. Qu’ils fonctionnent en duo, en bande ou en solo, les protagonistes de manga prennent de l’épaisseur lorsqu’ils s’insèrent parfaitement dans leur univers fictif, tout en lui apportant du relief supplémentaire. Et le fait que des figures telles que Sasuke ou Kirua soient aussi populaires prouve que des héros comme Naruto ou Gon sont bien écrits. 

À voir aussi sur konbini :