Le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, désormais investi d’un furoshiki géant. (© Atelier Tsuyoshi Tane Architects / Photo : Alessandro de Bellegarde)

À Paris, un pavillon géant vous invite à découvrir l’art du furoshiki japonais

Ancestrale, la technique du furoshiki consiste à emballer des objets dans le but de mieux les transporter. Synonyme de savoir-vivre et d’écologie, cette tradition nippone est aujourd’hui décryptée à travers une exposition évènement qui se tient du 1er au 6 novembre sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris.

Le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, désormais investi d’un furoshiki géant. (© Atelier Tsuyoshi Tane Architects / Photo : Alessandro de Bellegarde)

D’habitude entièrement dégagé, le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris est aujourd’hui agrémenté d’un imposant pavillon rectangulaire aux imprimés rouges et blancs. Pensé dans le cadre du Tandem Paris-Tokyo 2018 et de Japonismes 2018, ce bâtiment éphémère reproduit un immense furoshiki, cette technique japonaise ancestrale qui consiste à plier un carré de tissu autour d’objets dans le but de les transporter, ou encore de les offrir en guise de cadeaux.

Publicité

Conçue par l’architecte Tsuyoshi Tane, à qui l’on doit déjà la conception du superbe Musée national estonien de Tartu, cette monumentale installation abrite en son sein "Furoshiki Paris", une exposition qui permet de mieux comprendre l’importance du furoshiki, qui se veut à la fois symbole de tradition, d’art mais aussi de savoir-faire écologique au Japon.

Les nombreuses facettes du Furoshiki

Pour mettre en valeur ces différentes facettes du furoshiki, l’exposition se découpe en trois parties. Accompagnée de vidéos explicatives, la première des trois retrace l’origine de cette tradition nipponne et l’histoire de ses différents usages jusqu’à nos jours. Le furoshiki (qui tire son nom du mot japonais "furo", qui signifie "bain") serait apparu pour la première fois au 8e siècle dans les bains publics japonais. À cette époque, ces morceaux de coton ou de soie étaient alors utilisés par les Japonais pour envelopper et transporter leurs vêtements sans les mouiller.

Dédiée à souligner le caractère artistique de ces carrés de tissu, qui ont parfois davantage été utilisés comme toile que comme moyen d’emballage, la seconde partie met en lumière une série de vingt furoshiki aux couleurs et motifs on ne peut plus variés. S’inspirant du thème du cycle de la nature, ces derniers ont été spécialement pensés pour l’occasion par des artistes et designers français et japonais reconnus, parmi lesquels Jean Paul Gaultier, Kashiwa Sato, Jean Jullien, agnès b. ou encore Kohei Nawa, dont le massif trône doré flottera jusqu’en janvier 2019 sous la pyramide du Louvre.

Publicité

Enfin, la troisième et dernière section du pavillon, dont le but est de démontrer le potentiel écologique de la technique, nous invite à traverser un espace parsemé d’une centaine de furoshiki. Prenant tantôt la forme de petits ronds, tantôt celle de grands rectangles, ces emballages permettent d’exposer les infinies possibilités du furoshiki, que de nombreuses personnes considèrent déjà à juste titre comme le premier "ecobag" au monde. À découvrir du 1er au 6 novembre prochain.

Dans le ventre du furoshiki géant, une exposition aux mille couleurs. (© Atelier Tsuyoshi Tane Architects/Photo : Takuji Shimmura)

L’exposition "Furoshiki Paris" est à découvrir du 1er au 6 novembre 2018 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris. Entrée libre. Des ateliers d’emballage sont également organisés les 2, 10, 17 et 24 novembre à la Maison de la culture du Japon à Paris. Plus d’infos sur www.mcjp.fr.

Publicité

À lire -> Paris : 5 expositions à voir dans le cadre de Japonismes 2018

Par Naomi Clément, publié le 31/10/2018

Pour vous :