AccueilLifestyle

Le maire de Toronto, crack addict ?

Publié le

par Théo Chapuis

March 26, 2013 CARLOS OSORIO/TORONTO STAR

Le maire de Toronto aurait été filmé une pipe à crack à la main. Une campagne de crowdfunding est sur le point de réunir les 200.000$ nécessaires au rachat de cette vidéo auprès des dealers.

"Il fait chaud ici, vous ne trouvez pas ?" (Crédit : gangoffour.ca)

Conduire à plus de km/h sur l'autoroute en lisant ? Check. Passer une main à une opposante politique ? Check. Se faire expulser de divers événements pour "troubles à l'ordre public" ? Check. Mmm. Voyons ce qu'il reste... Ah ! Fumer du crack ? Peut-être bien.

Rob Ford, le maire de Toronto, aurait été filmé une pipe à crack à la main. C'est en tout cas ce qu'affirment deux médias canadiens. Depuis, deux dealers cherchent à vendre la vidéo à Gawker.com, l'un des deux médias (avec le Toronto Star) depuis lesquels l'esclandre est né.

Ainsi, deux journalistes du Toronto Star et le rédacteur en chef de Gawker auraient pu visionner en exclusivité cette vidéo que les fournisseurs de Ford auraient tourné à son insu. On y verrait le notable se moquer de "ceux qui pensent qu'[il est] de droite" et de Justin Trudeau, le chef du Parti Libéral, "cette tapette".

200.000$ pour voir les preuves

Ni une, ni deux. Pour se procurer la vidéo, Gawker n'a pas hésité à lancer une campagne de crowdfunding sur la plateforme indiegogo.com. Succès garanti : celle-ci, en quatre jours a déjà rapporté plus de 160.000$. L'objectif étant de 200.000$, Gawker est tout près du but.

Montage de Rob Ford utilisé sur le site de crownfuding.

"Nous sommes conscients du fait que les gens qui se tiennent avec - et filment subrepticement - un maire qui fume du crack ne sont pas tout à fait fiables. Mais jusqu'ici, ces personnes ont rempli chacun de leurs engagements", assure un journaliste de Gawker (dont la devise est "les potins du jour sont l'information de demain", comme le rappelle Courrier International).

Pour l'heure, Rob Ford se borne à refuser tout commentaire.

À voir aussi sur konbini :