AccueilLifestyle

Le FAME Festival est de retour et il n’a jamais été aussi underground et politique

Publié le

par Leonard Desbrieres

Le Festival international de films sur la musique se réinvente en version numérique avec une programmation de haut vol.

Devenu au fil des années un rendez-vous incontournable des mélomanes et des cinéphiles, le FAME festival est de retour cette année encore. Du 18 au 25 février, le festival international de films de musique se réinvente et propose une expérience nouvelle et accessible dans toute la France.

Habituellement organisé à la Gaîté Lyrique, le FAME #7 se fera cette année en numérique et en VOD grâce à un partenariat exceptionnel avec la plateforme Mk2 Curiosity. L’occasion pour un public encore plus large de découvrir en exclusivité les quinze films au programme cette année, dont neuf en compétition officielle.

"Depuis sa création, l’objectif de FAME est de donner, en France, une visibilité à des formes cinématographiques à part, qu’on ne croise habituellement que sur Internet ou dans des festivals intimistes à l’étranger. L’idée est d’être un défricheur mais aussi de prendre par la main notre public et de créer les conditions d’une expérience à la fois visuelle, sonore et musicale." Benoît Hické, commissaire de FAME.

Au programme de cette septième édition, une sélection hétéroclite qui fait la part belle à la technique des réalisateurs et à l’esthétique, mais qui souligne aussi l’engagement et le militantisme derrière ces projets documentaires. À travers l’ensemble des films, FAME met en lumière la vivacité des liens qui unissent le monde de la musique et des cultures underground aux enjeux de société.

"Quand on établit la programmation d’un festival, on ne peut pas se préoccuper que d’esthétique, on doit aussi s’emparer des questions qui agitent notre quotidien. En 2019 par exemple, nous avions en compétition beaucoup de films tournés vers la féminité et la place des femmes dans la musique, cette année, j’ai l’impression que l’actualité américaine a eu une forte résonance dans nos choix. On aurait presque pu faire un axe américain." Benoît Hické, commissaire de FAME

Parmi les films sélectionnés en compétition, on notera le saisissant Bring Down the Walls, une plongée au cœur du système carcéral américain à travers le prisme de la house music ; l’hypnotique Beyond the Pale - Live From the Centre of Earth, le film du concert unique en son genre de Jarvis Cocker, ex-chanteur du groupe culte Pulp, au cœur de la Peak Cavern, une célèbre grotte anglaise ; le corrosif Crock of Gold: A Few Rounds with Shane MacGowan, un documentaire produit par Johnny Depp retraçant la vie du leader sulfureux des Pogues ou encore l’engagé Sisters With Transistors, un film poignant qui rend hommage aux femmes pionnières de la musique électronique.

Le jury de cette septième édition sera composé d’Amaury Chardeau, producteur de l’émission Juke-Box sur France Culture, de Blandine Rinkel, écrivaine et musicienne au sein du groupe Catastrophe, d’Ali Delici, directeur adjoint de l’unité Arts et Spectacles d’Arte France, de Guillaume Sorge, programmateur du Red Bull Music Festival, et enfin d’Audrey Jean-Baptiste, réalisatrice du film Fabulous, consacré à la figure incontournable du voguing Lasseindra Ninja et qui sera diffusé en séance spéciale. Ensemble, ils délibéreront dans la journée de dimanche et annonceront le palmarès dans la foulée. Avantage non négligeable de la VOD, les retardataires bénéficieront de quelques jours supplémentaires pour visionner l’ensemble des films sur la plateforme.

Mais le FAME offrira également un beau programme hors compétition avec notamment la projection du film culte de 1982, Liquid Sky, une folie visuelle gorgée de néons sur le New York new wave des années 1980, et la première française d’American Rapstar, un voyage au cœur de la scène cloudrap américaine qui a bouleversé le hip-hop contemporain.

Cette année, le FAME se teintera également d’une touche d’hybridité avec une performance audiovisuelle exclusive. Retransmis en direct du Centre Wallonie-Bruxelles, le projet Crossover imaginé par Renaud Auguste-Dormeuil promet de secouer notre conception classique des projections ciné. Enfin, comme c’est le cas depuis plusieurs années, le festival organisera tout au long du week-end un cycle de conférences et de masterclass, un rendez-vous pour les jeunes professionnels du documentaire autour d’une question simple mais épineuse : "Comment filmer la musique ?". Parmi ces rencontres, retransmises en direct de la Gaîté Lyrique, une table ronde exceptionnelle avec Jarvis Cocker et le couple Iain Forsyth-Jane Pollard, réalisateurs du film de son concert sous-terrain.

Un programme dense et particulièrement alléchant pour oublier, l’espace de quelques jours, que la musique live et les concerts nous manquent terriblement.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la Gaité Lyrique. Tous les films seront disponibles à l’achat à l’unité à partir du 18 février à 17 heures à cette adresse : www.mk2curiosity.com/invite/fame

À voir aussi sur konbini :