AccueilLifestyle

La Biennale de la danse de Lyon dévoile sa programmation

Publié le

par Manon Marcillat

(© Romain_Tissot2)

Reporté, l’événement aura finalement lieu du 1er au 16 juin 2021 et mettra la jeunesse à l’honneur.

Les organisateurs de la Biennale de la danse de Lyon ont donné le coup d’envoi de la 19e édition, reportée en raison de la pandémie. La ville attend donc les danseurs et les artistes en juin prochain pour célébrer à la fois la créativité africaine et la jeune scène artistique.

Après des ajustements, des reports et des incertitudes jusqu’au dernier moment, les spectateurs pourront finalement assister aux performances en jauge réduite à 35 %, possiblement étendue à 65 % à partir du 9 juin, dans la cinquantaine de lieux à Lyon et dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes. La billetterie de l’événement est également ouverte.

Parmi les reports, le chorégraphe Angelin Preljocaj, qui aurait dû venir présenter la première mondiale de sa nouvelle création Le Lac des cygnes, ne sera finalement pas présent en juin prochain dans la capitale des Gaules.

Cette 19e édition se parera des couleurs de l’Afrique, notamment mises à l’honneur lors du défilé Africa 2020, marrainé par la danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise Germaine Acogny et la chanteuse Fatoumata Diawara. Cette grande parade n’aura cette année pas lieu dans les rues de Lyon mais au Grand théâtre de Fourvière lors de trois représentations, les 5 et 6 juin prochains.

Pour faire rayonner la création africaine, le chorégraphe nigérian Qudus Onikeku viendra présenter RE:incarnation, une création qui revisitera l’afrobeat des années 1970 avec le hip-hop, le dancehall et la funky house d’aujourd’hui.

La jeunesse à l’honneur

Du côté des grandes nouveautés, la Biennale inaugure cette année l’"Expérience Fagor" dans les usines Fagor, situées dans le quartier de Gerland, à Lyon. Après une année difficile pour la jeunesse du monde entier, ce rendez-vous gratuit lui dédiera ce nouvel espace d’art, d’échanges et de dialogues du 11 au 13 juin prochain.

Entre expérimentations, performances et installations vidéo, le jeune chorégraphe Noé Soulier recréera Removing pour 40 danseurs issus du Jeune Ballet du Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon et de l’école du Centre national de danse contemporaine d’Angers, dont il vient de prendre la direction.

Parmi les autres temps forts de cette édition, Dimitris Papaioannou, chorégraphe grec contemporain qui s’est fait connaître en orchestrant les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’été de 2004 à Athènes, frappera fort avec sa nouvelle production internationale Transverse Orientation.

La Biennale aura lieu pour la première fois en même temps que les Nuits de Fourvière, pour une collaboration inédite entre ces deux festivals majeurs de la ville. Un concert-performance de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin et de la chanteuse Camille au Grand théâtre de Fourvière ouvrira les deux festivals en simultané.

Le report de cette 19e Biennale de la danse a bouleversé l’agenda et elle se déroulera désormais toutes les années impaires, les années paires étant dorénavant réservées à la Biennale d’art contemporain.

À voir aussi sur konbini :