Une nouvelle qui devrait réjouir Jabba The Hut (Capture d’écran « Star Wars »)

La bactérie qui sauvera le monde de l'obésité

Des chercheurs belges ont découvert la bactérie qui devrait, une fois injectée, pouvoir réduire l'obésité. Celle-ci n'a encore pas été testée sur l'être humain.

Une nouvelle qui devrait réjouir Jabba The Hut (Capture d'écran "Star Wars")

On le savait déjà : les personnes atteintes d'obésité ont un système bactériologique qui diffère de celui du reste de la population. Moins nombreuses, les bactéries présentes dans leur système digestif sont aussi moins adaptées à l'élimination des graisses. Des chercheurs belges auraient même trouvé la bactérie coupable : l'akkermansia muciniphila.

Publicité

Celle-ci compose 3 à 5% de la population de bactéries dans les intestins, mais son taux est moindre chez les obèses.

Des souris...

Suffirait-il, dans ce cas, d'augmenter artificiellement le taux d'akkermansia muciniphila pour réduire l'obésité ? C'est une hypothèse. Les scientifiques de l'université de Louvain ont testé l'injection de cette bactérie sur des souris de laboratoire pour s'apercevoir - ô miracle - que cela fonctionnait.

Après avoir gavé les souris d'aliments deux à trois fois plus gras qu'habituellement, les chercheurs leur ont administré la bactérie. Résultat, les souris obèses étaient toujours plus grosses que leurs congénères non-gavées, mais elles avaient tout de même perdu la moitié de leur surpoids. Le résultat de leur étude a été publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Publicité

"C'est la première fois que l'on parvient à démontrer un lien direct entre une espèce particulière de bactérie et le renforcement du métabolisme", témoigne le professeur Patrice Cani. Heureux de sa découverte, il est d'autant plus surpris de découvrir qu'une seule petite bactérie, parmi les milliers que compte l'organisme, peut avoir une influence aussi importante sur l'organisme.

...et des hommes.

Théorie ? Okay. Test sur souris ? Okay. Mais ce principe miraculeux fonctionne-t-il sur l'être humain ? Patrice Cani est optimiste : il imagine une commercialisation de médicaments à base d'akkermansia muciniphila dans un futur proche. Pour Colin Hill, microbiologiste à l'université de Cork (Irlande), ce n'est pas aussi simple :

Je ne pense pas qu'on pourra manger des gâteaux à la crème et des saucisses-frites toute la sainte journée puis annuler leur effet en mangeant la bactérie.

Publicité

Le scientifique irlandais est pourtant d'avis que de telles recherches aideront à comprendre ce qui se passe exactement dans les intestins et à apporter des conseils sur-mesure aux personnes cherchant à perdre leur embonpoint.

On vous conseille également : 

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 15/05/2013

Copié

Pour vous :