Un Néerlandais emprisonné pour avoir fait pleurer un policier

C'est une info tout en sensiblerie que nous rapporte l'AFP. Aux Philippines, un Néerlandais est détenu pour avoir fait pleurer un policier. Photo et délinquance lacrymale.

Publicité

C'est la petite info du jour : quelques larmes sur la joue d'un policier (voir photo ci-dessus) ont suffi à faire enfermer Thomas van Beersum, un jeune néerlandais qui manifestait le 22 juillet dernier devant le palais présidentiel. Joselito Sevilla, un policier qui se trouvait sur les lieux, aurait été victime de la violence verbale du jeune homme.

Une violence assez forte pour lui faire couler des larmes. Le verdict est tombé : le Neerlandais a été emprisonné.

C'est l'histoire d'une photo...

Le 22 juillet dernier, une foule de manifestants était rassemblée devant le Palais de Benigno Aquino. Tandis que ce dernier prononçait son discours annuel, les manifestants contre le gouvernement tentaient de se rapprocher de plus en plus du Palais au risque de porter atteinte à la sécurité du Président. Sur les ordres de leurs supérieurs, les policiers présents sur place ont été sommés d'écarter les manifestants des lieux présidentiels. Ce qu'ils ont fait à coups de cailloux jetés sur les gens et autres coups de matraques.

Publicité

Pendant que la foule se dispersait sous pression, un policier et un manifestant ont retenu l'attention d'un photographe. Depuis, cette image fait le tour de la Toile :

... et d'un blond qui fait pleurer un flic

Le photographe Rem Zamora est l'auteur de cette photo. Alors en reportage pour ABS-CBN pour un documentaire, il rapporte l'histoire qui l'accompagne.

Publicité

Au moment de la dispersion violente, le Néerlandais Thomas van Beersum aurait interpellé ce policier en ces termes :

Pourquoi vous faites ça ? Pourquoi vous nous faites mal ?

Le policier, Joselito Sevilla s'est simplement contenté de répondre :

Publicité

Je suis un policier, je fais juste mon travail.

Une réponse qui ne fut pas du goût de tous, encore moins de celui du Néerlandais qui s'est alors mis à prendre le policier en grippe. Ce dernier persistait dans sa réponse, faisant état de son devoir de maintenir l'ordre et le calme. Sous la pression, l'agent a craqué et s'est mis à pleurer. C'est ce moment-là que le photographe a capturé l'instant.

Poussé par la curiosité, Rem Zamora est allé poser une dernière question au policier:

Pourquoi pleurez-vous ?

A cette question, le policier lui a expliqué qu'il n'avait pas dormi ni mangé et qu'il se sentait épuisé aussi bien physiquement qu'émotionnellement mais que c'était son travail.

Quand ce ne sont pas les yeux des manifestants qui pleurent sous les gaz lacrymos, ce sont ceux des policiers qui coulent sous la fatigue. L'affaire aurait pu s'arrêter là mais Thomas van Beersum est maintenu en détention. Le Bureau de l'Immigration doit vérifier s'il fait l'objet d'une plainte aux Philippines. Si ce n'est pas le cas, il pourra rentrer aux Pays-Bas mais aura l'interdiction de revenir sur l'archipel.

Selon la porte parole du Bureau de l'Immigration :

En venant dans ce pays, sa véritable intention n’était ni le tourisme, les affaires ou les loisirs, mais de manifester contre le gouvernement et de s’impliquer dans des actes partisans, ce qui rend sa présence indésirable.

Une affaire à suivre mais on imagine déjà le futur proche : "Quoi, vous partez aux Philippines ? Ha, je peux pas venir avec vous, j'ai interdiction d'entrer sur le territoire les mecs. J'ai fait pleurer un policier". Les pires histoires sont les plus intéressantes à raconter mais en ce qui concerne celle-ci, elle a un air de baobab cachant une forêt aussi épaisse qu'épineuse...

Crédits photos : Rem Zamora / Source : AFP / PHILNEWS

Par Afifia B, publié le 06/08/2013

Pour vous :