AccueilLifestyle

Chez les drag-queens aussi, les drag mothers sont célébrées pour la fête des mères

Publié le

par Pénélope Meyzenc

©Amandine Bosc

Certaines drag-queens se créent une nouvelle famille pour s'épanouir dans leur art. On a voulu en savoir plus.

Cette année pour la fête des mères, nous avons décidé de nous intéresser à des mamans qui sortent de l’ordinaire : les drag mothers.

Chez les drag-queens, il est courant de se créer une nouvelle famille avec d’autres membres de la communauté. Chacun a pour habitude de s’inventer un personnage, lui imaginant une vie, jusqu’à lui trouver une nouvelle mère, des frères et sœurs, voire des cousins ! Dans ces lignées, la drag mother est alors au centre de toutes les attentions, endossant le rôle de mentor pour ses "nouveau-nés" dans la communauté drag. 

Pour mieux comprendre le concept, nous sommes partis à la rencontre d’une famille drag toulousaine : les Bananas.

Une drag family des temps modernes  

Avant toute chose, petite présentation de la Banana Family. On retrouve la fameuse maman, Shanna (au centre), l’ado rebelle Aquila Leek (en bas à droite), son jeune garçon Sugar Danny (en bas à gauche), et les deux petites dernières, les jumelles Brandy Snap et Etta Courgette (en haut).

© Amandine Bosc

Ironie de la situation, la mère, âgée de 25 ans, est dans la "vraie vie" plus jeune que la plupart de ses enfants. Pourtant c’est elle qui les a initiés à l’art du drag, qui les a pris sous son aile à leurs débuts. Aujourd’hui, ses quatre enfants admirent celle qu’ils appellent tout naturellement "maman". En ce jour si spécial de la fête des mères, elle aura d’ailleurs, elle aussi, son petit cadeau.

Aucun de leurs personnages n’existerait sans cette seconde mère et leurs nouveaux frères et sœurs, alors que partage et bienveillance sont les maîtres mots de leurs relations. Comme l’explique Brandy, novice ayant intégré la communauté il y a un an :

"Nous revendiquons le respect, la tolérance, nous partageons les valeurs d’une vraie famille finalement."

Maquilleur professionnel de formation, Mickaël (Shanna) a mis son métier et sa passion au service de son art et de son personnage, et souhaite à présent vivre du drag. Pour chacun des membres, cette culture occupe une place très importante, à tel point que cette nouvelle famille est au centre de leur vie. 

Les enfants se chamaillent comme le feraient les membres d’une fratrie, se soutiennent pour chaque nouvelle avancée dans leur vie de drag. Les deux benjamines, très complices, se ressemblent par exemple étrangement dans leurs personnalités. En réalité, au-delà de ce schéma familial imaginaire, nous découvrons surtout de proches amis.

Ce modèle familial chez les drag-queens d’aujourd’hui trouve ses origines dans l’histoire de la communauté. Des liens spéciaux ont été tissés, et unissent bon nombre de ses membres depuis des décennies.

La reine mère : la drag mother

Retour aux États-Unis, dans les années 1970. C’est ici que l’histoire des familles drag-queens est née. Les membres de la communauté LGBTQI+, de couleur généralement, discriminés, se sont rapidement orientés vers des districts comme Harlem ou Washington Heights loin des quartiers chics et intolérants des grandes villes américaines.

Confrontés au rejet de leur famille biologique, dépourvus de toits et d’argent, ces jeunes trouvaient refuge dans ce qu’on appelait les houses. Ces lieux de rencontre symbolisent alors tout un système d’entraide entre ses membres. Chacun s’y sent entouré, compris, y trouve un équilibre et le soutien d’une communauté. Une maison qui devient une famille de substitution.

C’est dans ce contexte des houses que naît le statut de la mère drag (la drag mother), qui se trouvait à l’origine de la fondation de la maison. Véritable mentor, c’est elle qui la dirigeait, soutenant sa communauté, tant émotionnellement que financièrement.

Traditionnellement, c’est cette mère qui initiait ses futurs enfants au drag, les préparait et les coachait pour les balls, concours célèbres à partir des années 1980. Véritables compétitions de danse (voguing), de défilés, les différentes houses s’affrontaient lors de ces évènements. Au-delà du show, ces balls se voulaient surtout contestataires et ouvraient la porte à la révolte. 

Aujourd’hui la scène drag a évolué, les shows et performances ont remplacé les balls mais l’esprit perdure. Loin de ces organisations, la notion de famille chez les drag-queens demeure. Comme chez les Bananas, les mères existent encore et font profiter leurs enfants de leur savoir-faire et de leurs connaissances. La symbolique n’est plus aussi forte et toutes les drag-queens n’ont plus besoin d’une house et d’une mère pour exister. Pourtant, ces liens semblent les renforcer.

Un acte politique

Chez les Bananas par exemple, tous s’entraident continuellement. Cette cohésion s’explique également par l’aspect militant de leur pratique. "Faire du drag par définition est un acte politique", explique l’une des jumelles. Le drag est une forme de militantisme, qui, exprimé ouvertement ou non, expose malheureusement à des risques. "Aucun d’entre nous ne se balade seul dans la rue en drag", précise-t-elle par exemple.

Aujourd’hui, la culture drag semble plus reconnue, elle se démocratise, notamment du fait de la diffusion de la célèbre émission RuPaul’s Drag Race. Pourtant, le drag ce n’est pas qu’un show de téléréalité. C’est aussi, et surtout, une communauté et un combat de tous les jours. Malgré cette démocratisation, l’acceptation n’est pas encore totale.

Comme nous l’explique Arthur Lefebvre, créateur du podcast "Flamboyantes", accueillant régulièrement de célèbres drags français :

"Faire du drag, c’est questionner le genre ne serait-ce que visuellement, et aujourd’hui c’est une question politique, qui soulève des problématiques sociétales qui sont encore sur la table. Cette communauté rassemble en majorité des personnes qui ne se reconnaissent pas dans les codes de genre ou qui souhaitent simplement remettre en question cette perception de l’homme et de la femme."

Aujourd’hui chacun vit le drag à sa manière, sans pour autant oublier l’histoire et l’héritage de cette culture. Les règles ont changé, mais c’est dans un contexte encore parfois compliqué que le réconfort d’une famille et d’une mère restent les bienvenus. 

À voir aussi sur konbini :