Quand la révolution est un commerce. (Crédits : Gabriel de Paiva / O Globo)

Brésil : 800 masques produits par jour pour les manifs

Les masques de Guy Fawkes, vous les connaissez bien. 800 d'entre eux sont produits chaque jour par une usine brésilienne pour les manifestants du pays.

Quand la révolution est un commerce. (Crédits : Gabriel de Paiva / O Globo)

Au Brésil, un soulèvement d'envergure remplit les rues de manifestants. Au départ, quelques centaines au mois de mars. Ils sont aujourd'hui plusieurs milliers à exprimer leur grogne contre la vie chère au profit de la Coupe de Monde de Football qui se tiendra au Brésil en 2014.

Publicité

En fait, les manifestants sont si nombreux qu'une usine de Sao Gonçalo, dans la région métropolitaine de Rio, produit environ 800 masques modèle "Anonymous" par jour. "Ce qui me surprend, c'est que nous vendons plus d'articles pour les personnes que dans les commerces. Une personne vient à nous et prend environ 300, 400 masques, tandis que les sociétés de revente en achètent environ 60", explique Olga Valles, partenaire administratif de l'usine Condal, qui distribue tout le pays à raison de 6$ le masque.

Reprenons. Ce mouvement de colère populaire visait à éveiller un gouvernement à la détresse d'un peuple. Aujourd'hui, il dérive finalement dans le travers de l'uniformisation de masse et du taylorisme. Même s'il est incarné par le masque de Guy Fawkes - symbole de la révolte globale contre les puissants - comme justification, ça reste un peu léger.

(Gabriel de Paiva / O Globo)

Publicité

(Gabriel de Paiva / O Globo)

(Gabriel de Paiva / O Globo)

(Gabriel de Paiva / O Globo)

Publicité

 

On vous conseille également : 

Par Théo Chapuis, publié le 03/07/2013

Copié

Pour vous :