Boston : Nike pris dans les turbulences du scandale

Un concours de circonstances qui tombe mal à l'heure où l'Amérique se remet des évènements de Boston : des tee-shirts Nike à l'inscription "Boston Massacre" ont été retirés de la vente. Explications. 

nike

Ça tombe mal. C'est vrai et la pierre n'est absolument pas à jeter à la marque de l'Oregon à laquelle on peut seulement reprocher un design pas très heureux (eu égard de ce qui s'est passé par la suite à Boston). Mais quand la marque Nike parle de "Boston Massacre", de quoi parle t-elle ?

Publicité

Boston Massacre pendant historique.

Publicité

Elle évoque deux évènements historiques distincts mais structurants pour la capitale du Massachusetts. Tout d'abord une répression sanglante de l'armée britannique sur les colons le 5 mars 1770, épisode qui conduira pour partie à des soulèvements dont l'épilogue est l'indépendance des Etats-Unis d'Amérique actée en 1775.

Pour le pendant contemporain de ce "Boston Massacre", c'est à une référence sportive qu'on a à faire : une série de baseball entre les "Boston Red Sox" et "New York Yankees" en 1978 où, au terme de cinq matchs épiques les New Yorkais prennent l'avantage sur leurs opposants et raflent par la même occasion la première place de la conférence Est de la MLB.

Publicité

Et c'est pour commémorer surtout l'aspect sportif de cette appellation que la marque s'est fendue d'un tee-shirt où une typographie agressive est relevée par la présence de tâches de sang.

Version mémorielle.

Jusque-là rien d'insupportable pour le bon peuple de Boston qui ne voyait pas d'un si mauvais oeil ce clin d'oeil à la déconvenue de leur équipe de coeur.

Publicité

Sauf qu'entre temps, il s'est passé ce qui s'est passé. Deux bombes, trois morts, une climat de terreur, une enquête digitale, une course poursuite suivie par des millions d'internautes et de téléspectateurs. Entre temps, la référence anodine de prime abord et surtout extérieure à cet évènement tragique est devenue insupportable.

Et comme bien souvent pour les "faits de société", tout est parti des réseaux sociaux. Alors qu'il flânait dans un magasin d'usine de la marque américaine, le producteur du célèbre talk-show "Late Night With David Letterman" Eric Strangel a été pris d'effroi à la vue de ce tee-shirt qui portait une inscription au parfum de scandale,  à l'orée des évènements de la semaine dernière.

Quelques retweets plus tard, la polémique a pris de l'ampleur et Nike d'annoncer le retrait du tee-shirt de tous les magasins dans lesquels il était vendu. Avant de réapparaître probablement sur eBay.

Ce que nous apprend cet épisode tragique peut se résumer en deux temps, comme la cuisson des pommes de terre frite. D'abord que l'internet est le lieu de l'indignation un peu vide aux conséquences maximales. Non pas qu'on remette en cause le traumatisme légitime des citoyens américains (ainsi que la nécessité pour celle-ci de s'incarner sur des objets particuliers) mais il semble primordial d'être conscient du mécanisme en cours.

Enfin, et de manière plus générale, revenir aux thèse du sociologue William Isaac Thomas et à son théorème est éclairant. Ce dernier, qui affirmait que les situations sociales ne sont que le reflet de la manière qu'ont les acteurs de les définir, voit ses thèses collées parfaitement à cette nouvelle.

On vous conseille également : 

Source : Huffington Post

Par Tomas Statius, publié le 22/04/2013

Copié

Pour vous :