Capture d’écran du film « The Bootleg »

Bootleg : Not Another Surf Movie

Des films de surf il y en a beaucoup. Quand un arrive à faire se rencontrer créativité artistique et qualité de glisse on ne peut que le signaler. C'est le cas de Bootleg, film né de la rencontre entre l'icône Joel Tudor et le réalisateur Georges Trimm. 

bootleg

Capture d'écran du film "The Bootleg"

Not another surf movie

Joel Tudor est intemporel. Sa chevelure blonde, les courbes qu'il dessine dans l'écume, la nonchalance qu'il étale à la face du monde. Pour son dernier projet, Bootleg, dont la paternité appartient également au réalisateur Georges Trimm, il est accompagné principalement de John Haffy, Harrison Roach & Yuta Sezutsu. Mais aussi de toute une bande d'irreductible riders qui privilégient le style à la performance, la douceur à la radicalité. Parmi eux, on retrouve le californien Alex Knost, dont on avait déjà parlé par ici.

Publicité

Capture d'écran du film "Bootleg"

Le film a été montré en avant première à Laguna Beach, non loin de Los Angeles, en septembre dernier. Il est désormais disponible en intégralité sur Internet.

Bootleg : une esthétique du contre-pied

Mais ne nous limitons pas à l'apparition d'une des stars de la surf culture alternative. Si le film est à signaler c'est par son sujet, bien sûr, mais aussi grâce à une habile réalisation. Explications.

Publicité

Un assemblage éparse de séquences parfois mal dégrossies. L'idée n'était en aucune manière d'aboutir à un résultat léché au niveau de l'image. Ici Bootleg = spontanéité mise en scène. Le montage, loin de se limiter à la retranscription des sessions, tente de présenter un aperçu fidèle de cette bande de surfeurs pas comme les autres. Un mélange entre des extraits de films des années 1970 et des sessions filmées pour l'occasion. Lee Scratch Perry, DJ Shadow, Kool & The Gang et Flying Lotus en guise de bande-son.

Capture d'écran du film "The Bootleg"

Le charme de l'ancien

Le charme de l'ancien. A la réalisation ce n'est pas un inconnu que l'on retrouve puisqu'outre son activité dans le milieu de la glisse en règle générale (il a par exemple réalisé le clip pour la campagne 2011 de la marque américaine Von Zipper), c'est avec un groupe français qu'il a fait ses armes. Georges Trimm, jeune réalisateur californien d'un vingtaine d'année, s'est fait connaître en réalisant le clip du surf-punk-néo-hippie-band La Femme Sur la planche. A la lumière rougeoyante.

Publicité

Antimoderne. Anachronique. Privilégiant lui aussi l'atmosphère à la perfection graphique, c'est à l'ancienne qu'il filme les sessions des riders. Une atmosphère résolument rétro pour un film à signaler.

Par Tomas Statius, publié le 04/03/2013

Copié

Pour vous :