Vidéo : que trouvera t-on dans nos assiettes de demain ?

Après le "caca-burger", la gastronomie d'insectes et le premier burger in vitro, qu'allons nous bien encore trouver dans nos assiettes de demain ? C'est le propos du doc d'Arte "La viande in vitro bientôt dans nos assiettes" et c'est frissonnant.

assiette food

Vous aviez entendu cette histoire de hamburger aux excréments ? Cette invention du scientifique japonais Mitsuyuki Ikeda est réalisée à base de viande factice composée de protéines issues de déjections humaines, de soja et de la steak house. C'est la recette de ce que le chercheur a baptisé "caca-burger"Une idée qui peut paraître saugrenue mais conséquence de la recherche d'alternatives aux contraintes des modes d'alimentation actuels.

Publicité

Il y a deux jours, Arte diffusait La viande in vitro bientôt dans assiettes? Un documentaire qui révèle beaucoup de choses sur le devenir de nos assiettes et de notre rapport à la nourriture et vous avez de la chance, le doc est en rediffusion jusqu'au 15 octobre prochain. Fourchettes et cerveaux "on".

Le futur de nos assiettes et de nos organismes

C'est lors d'une recherche dans les boues d'épuration de Tokyo que Mitsuyuki Ikeda en est arrivé à l'invention de ce fameux "caca-burger". Il a commencé par extraire les protéines des excréments, puis il a transformé le produit de sorte à reproduire un goût et une texture similaires à ceux de la viande. Ainsi, cette viande artificielle au goût proche de celui du boeuf s'avère fort nutritive car composée de 63% de protéines, 25% de carbohydrates, 9% de minéraux et 3% de lipides.

La vidéo ci-dessous devrait combler le reste de votre curiosité. (message à caractère informatif: visionner cette vidéo n'oblige bien évidemment pas de goûter) [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=u1N6QfuIh0g#t=45[/youtube]

Publicité

Si le scientifique Mitsuyuki Ikeda admet le frein psychologique à l'idée de se nourrir d'excréments, il considère le burger au caca comme une solution efficace et durable aux effets néfastes de la production agricole mondiale sur l'environnement et notre santé. Avec l'augmentation du coût de la nourriture, la disparition de nos espèces et l'impact des productions agricoles sur la nature, il faut trouver de nouvelles façons de remplir les assiettes de demain et c'est dans des laboratoires que ça se passe. C'est le propos de ce documentaire diffusé sur Arte, La viande in vitro bientôt dans assiettes?

Plaisir ou besoins nutritifs : faudra-t-il choisir?

Cet été, de l'autre côté du globe, à Londres, le premier steak haché créé en laboratoire a été dégusté. Une expérience à la Frankenstein qui a naturellement conduit à baptiser ce met laborantin "le frankenburger". Ce dernier est composé de fibres musculaires issues de cellules souches cultivées et reproduites dans un laboratoire de l'université de Maastricht. Le souci ? Le coût de fabrication qui rend ce steak extrêmement coûteux puisqu'il vaut la modique somme de 250 000 dollars. A titre de comparaison, le prix au gramme de cet aliment artificiel vaut 50 fois celui de l'or. A ce prix-là, il faut être plus curieux qu'affamé mais une chose est sûre : les recherches sur les alternatives de consommation vont ponctuer l'actualité de découvertes de plus en plus insolites.

Publicité

Dans le futur, nous mangerons donc moins d'animaux, les arbres produiront plusieurs fruits différents et les laboratoires seront de nouveaux hypermarchés. Cela dit, dans cette quête à l'aliment miracle, on remarque que ces viandes artificielles sont quasi systématiquement présentées via le hamburger, de quoi signer le règne actuel de ce dernier.

Du fast food à la fake food, la différence tient à une pipette de chimiste.

On vous conseille également :

Publicité

Par Afifia B, publié le 11/10/2013

Copié

Pour vous :