AccueilLifestyle

420 : Pourquoi célèbre-t-on le cannabis le 20 avril ?

Publié le

par Lisa Coll

Le jour de gloire est arrivé en ce 20 avril sacré, et on vous révèle l’origine de cette expression.

420 : Pourquoi célèbre-t-on le cannabis le 20 avril ?

Weed, Marie-Jeanne, beuh, ganja, ou encore teush : autant de noms pour désigner une seule et même chose. L’expression 420, d’abord utilisée en Amérique du Nord, est une référence connue de tous les fumeurs pour désigner le cannabis et toute la contre-culture qui va avec. 

Le terme a pris une telle ampleur que 4 h 20 est devenue l’heure la plus propice pour s’allumer un joint selon la tradition, et que le 20 avril (4/20 pour les anglophones) est officieusement un jour international de célébration. Très peu sont les gens qui connaissent la véritable origine du 420, pourtant, cela peut toujours aider à briller en société. Cette histoire est restée assez floue pendant longtemps, au point qu’un tas de rumeurs se sont propagées. 

Certains pensent que 420 fait référence au nombre de composés chimiques dans le cannabis. Ça aurait pu, mais après quelques vérifications, ce nombre s’élève à plus de 500. Une autre idée selon laquelle le 20 avril serait le meilleur moment pour planter des graines de cannabis est apparue. Ce n’est pas faux en soi, mais cela dépend de beaucoup (beaucoup) de facteurs différents comme le climat dans lequel pousse le plant ou s’il se développe en intérieur ou en extérieur. On ne peut donc pas vraiment approuver cette hypothèse. D’autres ont suggéré que 420 est le code que la police utilise pour définir les infractions liées au cannabis. En réalité, aux États-Unis, 420 est utilisé pour signaler un homicide, donc, rien à voir. On vous l’apprend peut-être, Adolf Hitler est né un 20 avril ? Coïncidence ? A priori, oui, rien ne montre qu’il a eu une appétence particulière pour le chichon. 

La thèse la plus répandue pour expliquer la date d’anniversaire de la beuh a été révélée par les protagonistes eux-mêmes, Mark Gravitch, Dave Reddix et Steve Capper, face à l’ampleur prise par le "420" dans le monde entier. 

Une private joke qui part (très) loin

L’origine viendrait donc d’un groupe d’adolescents qui vivait en Californie en 1971. Ce groupe que l’on surnommait les Waldos (en référence au fait qu’ils s’adossaient sur un mur) se retrouvait tous les jours après les cours à côté de la statue Louis Pasteur de leur lycée, à 4 h 20 (et oui, sinon l’histoire n’aurait aucun intérêt). C’est ici qu’ils fumaient quelques joints, avant de partir tout ensemble à la recherche d’une légendaire plantation de cannabis qui aurait été abandonnée par un garde-côte, à l’époque. Spoiler : ils ne l’ont jamais trouvée. "420" est alors devenu leur code secret pour se donner rendez-vous, partir à la recherche de leur trésor sans se faire repérer, et plus généralement, pour parler de weed. 

Jusque-là, le 420 était une expression uniquement utilisée par les Waldos, et sans doute quelques autres lycéens. Mais cela a pris un autre tournant grâce au grand frère de Dave Reddix, qui était un ami de Phil Lesh, le bassiste du célèbre groupe de rock Grateful Dead. C’est grâce à leur notoriété et à travers 35 ans de tournées dans le monde entier qu’ils ont popularisé l’expression, notamment reprise par le magazine High Times. C’est ainsi que le terme 420 a fait son bout de chemin et qu’il est maintenant compris de tous. Dans plusieurs pays, des festivals ou des manifestations sont même organisés le 20 avril. 

Personne n’ayant jamais été en mesure de proposer une explication antérieure, le crédit de l’expression est attribué aux trois adolescents de l’époque. Le Huffington Post et le Los Angeles Time vont ainsi dans ce sens. Dave Reddix a d’ailleurs affirmé ne "jamais avoir gagné un centime sur la création de l’expression" au Huffington Post et est fier de son rôle de précurseur : "j’ai encore beaucoup d’amis qui disent à leurs amis qu’ils connaissent l’un des gars qui a lancé le 420. C’est un peu comme une célébrité culte".

Le 420 est partout

Il est impossible de ne pas avoir fait face à l’expression au moins une fois, même sans le vouloir. Si la musique a été largement impactée par le cannabis et le 420, la pop culture tout entière se l’est également appropriée, et les exemples ne manquent pas. Dans Pulp Fiction de Quentin Tarantino, les horloges dans le magasin de prêteur sur gage qui affichent 4 h 20. Dans le film Nos pires voisins de Nicholas Stoller, la combinaison pour ouvrir la porte est "420". L’horloge dans l’appartement de Ted et Marshall de How I Met Your Mother indique toujours 4 h 20.

Par ailleurs, le bornage kilométrique 420 sur une route de Denver aux États-Unis a été volé tellement de fois, qu’ils l’ont changé pour un panneau qui mentionne "419,99". Ce chiffre est tellement répandu qu’on peut lire "420 friendly" dans des annonces de colocations pour signaler la tolérance (et plus si affinités) de la personne au cannabis. 

Il ne faut évidemment pas perdre de vue que vous ne serez pas puni si vous ne fumez pas le 20 avril à 4 h 20. Ne l’oublions pas, cela reste un prétexte des adeptes pour fumer et célébrer leur cannabis adoré.

À voir aussi sur konbini :