Yo : l'appli la plus inutile du moment ?

Yo est une appli. Elle permet d'envoyer des "Yo" à qui en veut. Yo vient d'ailleurs de lever plus d'un million de dollars. Yo ?

Est-on arrivé au bout de l'Histoire (avec un grand "H", s'il vous plaît) des applications ? Sûrement pas, mais la question est aussi facile à poser que l'a été la conception de Yo. "Yo" ? Une application iOS et Android dont l'unique usage se résumer à envoyer des... "Yo".

Or Arbel, un développeur originaire d'Israël, a lancé cette idée le 1er avril comme pour mieux assumer une blague, vite devenue sérieuse. Huit heures de travail qui ont débouché sur Yo. Aujourd'hui, l'appli rassemblerait "50 000 utilisateurs actifs" selon son créateur et quatre millions de "Yo" auraient été envoyés.

Publicité

yo

"Yo, c'est aussi simple que ça"

Et le succès ne s'arrête pas à ces chiffres. Selon le Financial Times, Or Arbel a réussi à récolter plus de 1,2 million de dollars de promesses de la part d'investisseurs intéressés – qui se gardent bien de garder leur anonymat. L'attention portée à son application se révélant sérieuse, Or Arbel a quitté son pays pour une immigration un peu forcée à San Francisco, à quelques centaines de kilomètres de la Silicon Valley.

De quoi le "Yo" est-il le "Yo" ?

La simplicité de l'application est aussi importante que son fonctionnement. Tellement que l'AppStore, comme le rapporte Le Monde, a cru qu'elle n'était pas encore terminée. Pour y accéder, il suffit de créer un compte et d'importer, si l'utilisateur le veut bien, ses contacts de smartphone ou ses contacts Facebook ou Twitter.

Publicité

Mais à quoi pourrait bien servir "Yo" ? Le Financial Times n'hésite pas à proposer des exemples tout con : un blogueur qui envoie un "Yo" à ses lecteurs pour annoncer un nouvel article, ou une équipe de foot qui vient de marquer un but et le fait immédiatement savoir à ses fans.

yoo-1

D'ailleurs, Yo s'est démocratisé pendant la Coupe du monde : dès lors qu'un ballon trompait un gardien, un "Yo" était envoyé aux utilisateurs. À l'heure où l'on reçoit de nombreux mails / SMS / tweets / Snpachat / images Instagram et que 60 buts ont déjà été inscrits pendant le Mondial, il y a moyen de péter une durite.

Publicité

Le "Yo", bientôt aussi rapide qu'efficace ?

Mais Yo pourrait être une aubaine dans une partie du monde : en Asie du Sud et en Afrique. C'est ce que Slate.fr rapporte, s'aidant des dires de Marc Andreessen, une figure de la Silicon Valley et d'Internet.

D'après lui, Yo pourrait être intéressant du point de vue du "texto du pauvre", un intitulé inventé par GigaOm qui illustrait une technique d'appel visant à faire passer des messages. Un appel manqué ? "C'est bon j'arrive". Deux appels manqués ? "En retard". Et ainsi de suite. Au bout du compte, les appels "codés" deviennent des communications totalement gratuites.

On serait à deux doigts de penser que le "Yo" de l'appli Yo pourrait être utilisé d'une manière aussi créative et économe. Yo !

Publicité

Par Louis Lepron, publié le 19/06/2014

Pour vous :