Worm Brain sonne la révolte du street-art iranien

Découvert par AllCity, le street-artist iranien Worm Brain défie les forces de l'ordre et affiche ses pochoirs contestataires ou ses fresques graffiti inspirées par la calligraphie arabe, aux quatre coins de la capitale perse. Dans la droite lignée des pionniers A1one ou Icy et Sot

(Crédit Image Worm Brain)

(Crédit Image Worm Brain)

En Iran, les murs représentent un enjeu politique de premier ordre.

Publicité

Depuis 1979 et la révolution islamique, ils sont en effet le média privilégié d'un pouvoir autoritaire qui, pour s'adresser à la population, l'abreuve d'images, de fresques commémoratives, ou d'idoles en tout genre. Pour glorifier les héros de la révolution, les guides spirituels, ou les martyrs de la guerre Iran/Irak.

Sauf qu'en marge de cette utilisation officielle, et en dépit d'une relative détente en matière d'expression artistique dans la rue (le street-artist iranien Gyandhaloo a obtenu l'autorisation – et même des subventions – de la part de la municipalité pour peindre ses trompe-l'oeil géants à Téhéran), une nouvelle génération d'artistes, qui a baigné dans cette tradition iconographique, a décidé de la détourner pour porter un tout autre message.

C'est le cas d'Icy et Sot, deux frères originaires de Tabriz dans le nord du pays, connus pour leur travail mais aussi pour leur engagement, ou encore d'A1one, l'un des précurseurs du street-art en Iran et dans le Moyen Orient.

Publicité

Et depuis peu un nouveau nom est parvenu jusqu'à nos oreilles.

Worm Brain, illustre inconnu

On ne sait pas grand chose de Worm Brain (ou مغز کرمی) sauf qu'il vient de Téhéran, et qu'il passe avec allégresse d'une utilisation du pochoir pleine d'à-propos à des graffitis plus classiques.

"Big Bro Is Watching You!" peut-on lire sur le Facebook de Worm Brain

"Big Bro Is Watching You!" peut-on lire sur le Facebook de Worm Brain

Publicité

(Crédit Image Worm Brain)

(Crédit Image Worm Brain)

Outre ses messages de paix, ou la déformation de la lettre qu'il propose, c'est également à un travail plus géométrique que Worm Brain se livre. À Téhéran, en bas d'une porte, il n'est pas rare – semble-t-il – de tomber sur des entrelacs de couleurs qui portent sa marque, issus de sa série "Shapes Project" qu'il diffuse via sa page Facebook.

Le dernier "pan" de son activité artistique est consacré à un travail sur toile plus classique, fait de compositions abstraites, ou de portraits (son récent portrait de Thom Yorke en est l'exemple le plus probant). Certains ont tout de même attiré notre attention par la charge émotionnelle qu'ils véhiculent, d'autant plus qu'il n'est pas rare que l'artiste leur offre une exposition en plein air, pour un mélange des genres appréciable.

Publicité

Détail de l'oeuvre de Worm Brain "Portrait of Hichkas". Rappeur engagé présent sur la B.O du film "Les Chats Persans", l'iranien est rapidement devenu le symbole d'une nouvelle génération iranienne - (Crédit Image Worm Brain)

Détail de l'oeuvre de Worm Brain "Portrait of Hichkas". Rappeur engagé présent sur la B.O du film "Les Chats Persans", l'Iranien est rapidement devenu le symbole d'une nouvelle génération iranienne - (Crédit Image Worm Brain)

Le même, dans la rue - (Crédit Image Worm Brain)

Le même, dans la rue (Crédit Image Worm Brain)

Un des rares à peindre encore dans la rue

Outre cette diversité, toujours selon le site internet spécialisé en graffiti, l'originalité de Worm Brain est qu'il continue – malgré la répression – à peindre dans les rues de Téhéran. Il serait même un des membres les plus en vue d'une scène réduite, bien qu'active, qui continue d'afficher ses travaux dans les rues de la cité millénaire. Orpheline de Icy et Sot installés depuis peu à New York, Téhéran aurait trouvé en Worm Brain une nouvelle figure de proue du street-art.

Une activité illégale qui l'expose néanmoins à des poursuites judiciaires, ce qui explique peut-être l'absence d'information à son égard sur la Toile. Faut-il rappeler qu'en 2012, le pionnier A1one a fait un court séjour en prison. Pour avoir peint sur un mur.

Par Tomas Statius, publié le 29/07/2014