AccueilÉDITO

À vos pinceaux, faire de l’art vous évitera la démence

Publié le

par Chayma Mehenna

Faire de l’art permettrait-il de vivre plus vieux et plus sain d’esprit ?

C’est en tout cas ce qu’une étude relayée par Vice affirme. S’il est bien connu que les activités stimulant le cerveau sont une bonne manière d’entretenir sa santé, il nous manquait la preuve qu’une session de sculpture ait un tel impact sur la préservation d’un esprit vif. Partant de ce constat, la clinique Mayo, hôpital américain du Minnesota, a mené une enquête sur 1 929 participants de plus de 69 ans dont l’état cognitif a été diagnostiqué normal. Leurs compétences cognitives ont ensuite été évaluées tous les 15 mois sur une période de 4 ans afin de déceler l’influence de certaines activités sur leurs fonctions cognitives. En comparant les patients qui s’adonnent une à deux fois par semaine à des activités manuelles, à l’utilisation d’un ordinateur, à la lecture, à des jeux ou des activités sociales (telles qu’aller au théâtre ou au cinéma), à ceux pour qui la fréquence n’avoisine que les deux à trois fois par mois, Yonas E. Geda et son équipe ont déduit que plus on pratique ce type d’activités, plus on réduit les risques de troubles cognitifs ou de démence.

Parmi ces activités stimulant les fonctions mentales, les plus efficaces seraient les activités manuelles comme la pratique artistique. Même si l’utilisation d’un ordinateur aurait aussi un effet similaire. Le risque de troubles cognitifs légers décroîtrait ainsi de 28 % pour les gens qui font au moins une fois à deux fois par semaine l’une de ces activités. Autrement dit, nul besoin d’être artiste, simplement peindre une aquarelle chaque dimanche a l’effet spectaculaire de préserver la vitalité mentale. Un résultat qui vient appuyer les précédentes études qui se sont attachées à prouver l’effet thérapeutique de l’art. En 2006, le Fonds national pour les arts (National Endowment for the Arts) finançait une étude dont les résultats prouvaient que "l’art avait une grande capacité à augmenter l’engagement social, à améliorer la santé, les fonctions cognitives, la qualité de vie ainsi que la longévité." Une autre étude, menée par l’université de médecine de Rotterdam en 2014, observait quant à elle que d’un point de vue historique, musiciens comme artistes ont souvent vécu aussi longtemps que les élites fortunées. Alors à vos pinceaux et ciseaux, il en va de votre santé.

À voir aussi sur konbini :